Man/ Violents affrontements entre populations et forces de l'ordre: Des morts, plusieurs blessés

Magasins, véhicules et une gare de transport pillés et incendiés
06/06/2015
Des voitures ont été incendiées (Ph DBM)
La capitale de la cité aux murs de pierres était dans la tourmente, le jeudi 4 juin 2015.

De fait, une manifestation de protestation contre la cession d’un domaine public à un opérateur économique de la ville a tourné au drame. Ainsi, une gare de transport, un entrepôt et des véhicules ont été incendiés et des magasins pillés, avec à la clé un mort et plusieurs blessés graves. Que s’est-il passé pour qu ’on en arrive à là ?

Selon nos sources, depuis 6 mois, la mairie aurait cédé l’espace allant de la gare de Facobly au lac artificiel en bordure de route sur l’axe Man-Facobly. Les occupants ont été convoqués par la municipalité pour prendre acte de la décision. Après quoi, une mise en demeure datée du 25 avril 2015 leur a été adressée afin de déguerpir les lieux, au plus tard, le lundi 1er juin 2015. Ces derniers ne s'étant pas exécutés, la municipalité a décidé de passer à la vitesse supérieure. C’est ainsi qu’elle a entrepris, le jeudi 4 juin 2015, une opération de déguerpissement du site.

À peine l’action est-elle entamée que les jeunes dressent des barricades sur tout le long de la route, avant d'enflammer des pneus. L'agent de la mairie en mission essuie le courroux des manifestants qui, à l’aide de pierres endommagent son engin et le blessent grièvement. La police qui intervient fait usage de canettes de gaz lacrymogène. L’adolescent Séténé Sea Claver alias ‘‘Scarface’’, 17 ans, élève à Man, renvoie la canette aux policiers. Un coup de feu est entendu. Le jeune, atteint à la tête, tombe et meurt.

La tension se généralise dans tout le quartier « Commerce ». Les manifestants vont alors transporter, à bout de bras, le défunt jusqu’à la préfecture avant de s’attaquer aux biens de l’opérateur à qui la mairie aurait, selon eux, cédé le site. Sa gare de transport, ses véhicules, ses entrepôts et ses magasins seront pillés et incendiés. Et comme si cela ne suffisait pas, les manifestants vont s’attaquer à d’autres commerces de la ville avant de menacer d’en faire autant à la mairie, sans compter les résidences des autorités de la ville.

Le Bataillon de sécurisation de l’Ouest (Bso) arrivé en renfort, boucle la ville avant de mettre en lieu sûr les autorités visées par les attaques. Sur le champ, 8 pilleurs sont arrêtés et le bilan de la manifestion fait état de plusieurs blessés graves et au moins 2 morts dont un non identifié. La préfecture convoque rapidement une réunion de crise avec l’ensemble des autorités afin de pacifier la ville. Les manifestants quant à eux sont toujours aux aguets et attendent une décision salutaire avant de baisser la garde.

Doumbia Balla Moise (District des montagnes)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome