Côte d'Ivoire

Plateau : Venu effectuer un retrait pour soigner son fils, un agent de la police maritime meurt devant la banque


03/06/2020
Plateau : Venu effectuer un retrait pour soigner son fils, un agent de la police maritime meurt devant la banque
Le corps de Gninglo Paul Ruffin recouvert d'une bâche noire

Un agent de la police maritime a trouvé la mort, dans la matinée de ce mercredi 3 juin 2020, devant une banque, non loin du commissariat de police du premier arrondissement du Plateau (Plateau), alors que son fils malade, se trouvait au bloc opératoire à Bonoua.

La mort est vraiment cruelle. Elle vient d’arracher Gninglo Paul Ruffin à l’affection des siens. Autrement dit, l’agent de la police maritime, dit-on, en poste à Adiaké, a été définitivement rayé de la carte des vivants. Alors qu’il s’est rendu tôt ce mercredi 3 juin 2020, dans une banque au Plateau, non loin du commissariat de police du 1er arrondissement, il n’a pas même pas eu le temps d’effectuer son retrait pour sauver son fils malade. Il a subitement été fauché par la mort avant même que la banque ouvre ses portes.

Selon un témoin des faits qui s’est confié à Linfodrome, Gninglo Paul Ruffin, né en 1982, dont le fils malade doit subir une intervention chirurgicale, ce mercredi 3 juin 2020, à Bonoua, est arrivé vers 7 heures au Plateau devant la banque. En attendant l’ouverture des portes de l’établissement financier, l’agent de la police maritime s’est trouvé une place. Mais moins de 10 minutes plus tard, l’homme été pris d’un malaise et tremblait de tout son corps. La bouche ouverte et les yeux retournés, il s’écroulait quand des vigiles et des clients venus faire des opérations bancaires comme lui, l’ont retenu.

Secoué par des convulsions, l’homme est devenu inerte les minutes qui ont suivi. Certains agents de la police appelés à l’aide joignent alors les sapeurs-pompiers militaires dans l’espoir de le sauver. En attendant l’arrivée des soldats du feu, ils prennent son téléphone portable et consultent ses derniers appels. A en croire notre informateur, ils tombent sur son épouse qui est au chevet de son fils malade. Les flics usent de diplomatie et ne lui annoncent pas la terrible nouvelle, mais ils lui demandent de les mettre en contact avec un parent de Ruffin à Abidjan.

Les instants qui suivent, un premier véhicule des sapeurs-pompiers militaires se pointe, mais visiblement, le cas de l’agent de la police maritime semble sérieux. Ils font appel à l’ambulance de réanimation qui arrive sur les lieux. C’est tout tristes qu’ils annoncent le décès de Gninglo Paul Ruffin, avant de rejoindre leur caserne.

Plus tard, Nina, la sœur ainée du défunt arrive sur le lieu du drame. Le cri strident qu’elle pousse est à la dimension du choc. Gninglo Paul Ruffin voulait sauver son fils des griffes de la mort. Il a lui-même été fauché par la mort. Vers 9 heures, son corps a été enlevé par les services des pompes funèbres pour sa conservation à la morgue. Vraiment triste !

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome