Après sa suspension

Mme Irène Vieira au nouveau DG intérimaire du Burida : « Je demeure pour vous une ressource (…) N’hésitez pas à me demander conseil, je ne vous induirez jamais en erreur »


23/07/2019
Mme Irène Vieira au nouveau DG intérimaire du Burida : « Je demeure pour vous une ressource (…) N’hésitez pas à me demander conseil, je ne vous induirez jamais en erreur »
Ph P.K

À l’occasion de la cérémonie de passation vendredi 19 juillet dans la salle de conférence du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida), Mme Irène Vieira s’est dit disposée à accompagner sur la bonne voie de la réussite de sa mission son successeur Serges Akpatou.

C’est dans une ambiance bon enfant que Mme Irène Vieira a rendu à son successeur à la tête du Burida tous les dossiers de l’institution. À l’occasion de cette cérémonie de passation de charges qui a duré près de deux heures d’horloge, Mme Irène Vieira a traduit d’abord son plaisir d’avoir apporté à l’institution son expertise permettant au Burida d’être classé parmi les quatre grandes maisons de gestion collective de droit d’auteur d’Afrique.

À lire cet article : Burida : Passation de charges sous haute surveillance policière, la cérémonie interdite à la presse

Félicitant son ex-collaborateur, Serges Akpatou alors directeur juridique sous sa direction, Mme Irène Vieira a d’abord reconnu les valeurs de son successeur non sans lui témoigner de son entière disponibilité à l’aider dans sa tâche. « L’histoire a parlé et j’ai eu plaisir à travailler avec vous, j’ai apprécié votre collaboration et durant ces huit années, vous avez acquis beaucoup de connaissances à travers des formations et toutes les ouvertures et il vous appartient de maintenir très haut le flambeau de cette structure. Je vous souhaite beaucoup de courage et surtout beaucoup de chance », a-t-elle témoigné.

Lire aussi : Serges Akpatou, le nouveau DG du Burida confie : « Ces dix dernières années, le Burida a atteint un niveau jamais égalé sous la houlette de Mme Vieira »

Entrée au sein de l’institution depuis le 14 septembre 2011, la magistrate 1er grade 3ème échelon dit n’avoir gardé aucune rancune contre le Burida. Mieux, se dit-elle disposer à conseiller utilement son ex-collaborateur afin qu’il réussisse à rehausser l’image de marque du Burida qui compte parmi les plus importantes au plan international. « Je demeure pour vous une ressource, si vous en avez besoin, n’hésitez pas à me demander conseil. Je ne vous induirez jamais en erreur, je ne ferai jamais quelque chose qui entrave le développement du Burida. Il est vrai que les artistes sont compliqués, ils veulent une chose et son contraire mais vous n’avez pas le droit de baisser les bras. Au plan international, vous avez connaissance de notre place, c’est la Côte d’Ivoire qu’on voit tout le temps et certains seraient heureux de voir notre pays très loin au bas du classement », a-t-elle traduit. Au ministre de la Culture et de la Francophonie, Mme Irène Vieira a traduit tous ses « remerciements pour la confiance » et aussi de l’avoir « protégé en tout temps » non sans ajouter qu’il a « pris la bonne décision de me libérer ».

À lire aussi cet article : Burida : Les dessous des suspensions de leurs fonctions de Mme Irène Vieira et Séry Sylvain

Avant de repartir de l’institution, tous ses ex-collaborateurs, agents du Burida lui ont fait une haie d’honneur saluant son travail de positionnement fait au niveau de l’institution. Elle est repartie sans son véhicule de fonction qu’elle a rendu à son successeur. 

 


Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome