Raymonde Goudou Coffie apporte son soutien aux candidats au Brevet technique artistique


11/08/2020
Raymonde Goudou Coffie apporte son soutien aux candidats au Brevet technique artistique
Ph DR

La ministre de la Culture et de la Francophonie, Raymonde Goudou Coffie s’est rendue ce mardi 11 août  2020 au Centre technique des arts appliqués (Ctaa) de Bingerville pour s’enquérir du déroulement des épreuves du Brevet technique artistique (Bta) et aussi apporter son soutien aux candidats.

A la tête d’une délégation composée de membres de son cabinet, la ministre de la Culture et de la Francophonie s’est rendue dans la matinée du mardi 11 août 2020 au Centre technique des arts appliqués (Ctaa) de Bingerville. Elle y était pour s’imprégner du déroulement des épreuves du Brevet technique artistique qui ont démarré depuis le lundi 10 août. Cette visite a également permis à Raymonde Goudou Coffie de faire le tour des 44 candidats au Bta.

Au terme de cette visite, la ministre de la Culture et de la Francophonie a traduit son admiration devant le talent des élèves dessinateurs non sans relever le caractère spécifique du Centre technique des arts appliqués de Bingerville. « Je suis venue voir un peu comment se passent les examens. Il faut dire que les étudiants qui sont là, passent cet examen comme le baccalauréat. C’est l’épreuve du baccalauréat version arts appliqués. Ils ont commencé les épreuves écrites le lundi 10 août 2020. Aujourd’hui, vous savez que dans le monde de la culture, c’est surtout le visuel. Et donc, j’ai préféré venir aujourd’hui puisqu’ils sont à l’épreuve du dessin. J’ai vu certaines inspiration avec des thèmes d’actualité (Ndlr : le thème évoque la bagarre), volet politique puisqu’actuellement, il y a des tendances à la bagarre. Tout ceci est un moyen pour conscientiser notre jeunesse et matérialiser ce qui se passe. Les conflits entre les jeunes, et bien sûr, tout ceci attire la foule. Je voudrais déjà les encourager. C’est une épreuve que j’apprécie. Je suis toujours très admirative quand je vois des jeunes de cet âge-là manier le crayon avec beaucoup de dextérité. En tout cas, je leur souhaite beaucoup de courage et une bonne réussite », a-t-elle traduit. 

Djaniklo Kouamé Ali, directeur du Ctaa, a quant à lui dévoilé les débouchés de la filière et aussi la procédure d’intégration du Ctaa. « Les étudiants qui entrent au Centre technique des arts appliqués ont une formation de trois années. Au terme de ces trois années, il y a le Brevet technique des arts appliqués qui est organisé pour leur permettre d’avoir leurs parchemins. Les épreuves s’étendent sur quatre jours : deux jours d’épreuves théoriques et deux jours d’exposition d’épreuves pratiques. Parce que les élèves réalisent des travaux en spécialité qu’ils vont exposer à un jury chargé de les évaluer. Ils composent en ‘’Histoire de l’art’’, ‘’Droit de gestion’’, en ‘’Français’’, ‘’Anglais’’. Il y a le ‘’Dessin qui est la matière fondamentale. Ils sont formés dans une dizaine de spécialités comme la ‘’communication visuelle’’, ‘’le staff’’, ‘’la mosaïque’’, ‘’la tapisserie’’, ‘’la peinture’’, ‘’la sculpture’’, ‘’l’architecture d’intérieur’’… », a-t-il iexpliqué.

Par ailleurs, a-t-il confié que l’entrepreunariat est le secteur le plus pourvoyeurs d’emplois, toutefois les diplômés du Ctaa peuvent intégrer plusieurs entreprises privées. « L’objectif premier est que les étudiants puissent se créer un emploi mais ils ont aussi la possibilité d’intégrer des structures comme des sociétés de communication, des cabinets d’architecture, et des entreprises dans le domaine de l’immobilier », a-t-il indiqué.

Établissement public, l’intégration du Ctaa se fait par voie de concours réservé aux titulaires du Bepc qui sont tous des boursiers de l’Etat.

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2