Art dramatique: Première de ''On se chamaille pour un siège''

Le théâtre retrouve ses lettres de noblesse

People
Publié le Source : L'inter
le-theatre-retrouve-ses-lettres-de-noblesse Art dramatique: Première de ''On se chamaille pour un siège''

Le palais de la culture Bernard Dadié de Treichville sous l'impulsion de Koné Dodo a décidé de faire sa rentrée théâtrale pour rester dans les sillons tracés par Sidiki Bakaba l'ancien patron de l'institution culturelle

C'est le samedi 03 mars 2012 qu'a eu lieu la rentrée théâtrale du palais de la culture. Au menu, on a assisté à la grande première de la pièce écrite par M. Hyacinthe Kacou, intitulée : ''On se chamaille pour un siège''. La mise en scène de cette pièce qui peint la situation socio-politique ivoirienne a été réalisée par Mme Lucie Dagry.

Le train de la démocratie est lâché. Djinan, ancien combattant de son état, l'emprunte au détour d'un petit village et brûle de devenir député. Il se heurte à l'appétit insatiable de son compagnon Boka, député sortant qui ne se fait pas à l'idée de perdre un jour son siège. Tinanoh, une jeune femme citadine et résolument moderne, qui se trouve être la fille de Djinan, prétend, elle aussi accéder au siège. Au sortir d'un duel épique, c'est la fille de Djinan que la population donnait perdante qui a gagné les élections...Tel est le synopsis de la pièce qui a drainé un monde sélect au palais de la culture au rang desquels on notait les ambassadeurs des Usa, de Chine, de Russie en Côte d'Ivoire.

Ils ont apprécié le jeu de scène des différents acteurs. Pendant environ une heure et demi, Lucie Dagry a permis aux acteurs Mathieu Atawa, Noëlle Kalou, Gueu Abdoudramane de faire montre de leur talent. S'il n'y avait rien à dire sur le jeu des acteurs, il faut cependant reconnaître que techniquement, il y a des choses à revoir au niveau du décor, de la régie lumière et son. Le décor était quand à lui figé, ce qui faisait qu'on avait du mal à lire les tableaux. On avait du mal à savoir à quel moment de la journée se déroulait une scène. Il est important que le décor ne soit pas fait uniquement de paille du début à la fin, le décor devrait changer avec le temps. Le samedi dernier, on ne l'a pas vu. L'autre problème a été la régie son. Tous les spectateurs qui étaient au fond de la salle avait du mal à écouter les acteurs. Pour cela, il faut que Mme Lucie Dagry fasse absolument quelque chose pour que cela change.

On nous a rétorqué que la salle Christian Lattier n'était pas adapté à ce genre de spectacle, il fallait donc se donner les moyens pour que cette première soit sans faille. Il est toutefois bon de saluer le retour en force du théâtre. Wêrê-Wêrê Liking, Henri N'Koumo, critique d'art et M. Dembélé Al Séni, directeur de cabinet du ministre de la Culture ont tous apprécié le spectacle. « Notre présence ici est le signe que le théâtre est en train de reprendre son envol. Dans les années 70 et 80, l'art dramatique était au centre des récréations des populations. Le ministère de la Culture inscrit donc le théâtre au nombre de ses priorités. La pièce que nous venons de voir participe de la remise sur les rails de notre théâtre. La chaleur qui a gagné le public, l'humour communiqué par les comédiens est une bonne chose. La mise en scène aérée de Lucie Dagry est un signe du grand potentiel de nos artistes... »

Thibault R. GBEI

Thibault R. Gbei
Voir ses articles