Après son coup de gueule contre le pouvoir Ouattara: Les messages de Tiken Jah supprimés de sa page Facebook

People
Publié le Source : Linfodrome
apres-son-coup-de-gueule-contre-le-pouvoir-ouattara-les-messages-de-tiken-jah-supprimes-de-sa-page-facebook

Le pouvoir Ouattara aurait-il fait une grosse pression sur Tiken Jah après ses critiques acerbes au point que le descendant aurait décidé de supprimer son post Facebook?

Étrange, Tiken Jah aurait reculé seulement quelques jours après qu’il ait tancé et critiqué pour la toute première fois le pouvoir Ouattara qu’il accuse d'utopique. Le message datant du 20 juillet 2016 et publié sur sa page Facebook Officielle a mystérieusement disparu. Ce message a été relayé abondamment dans la presse écrite et dans les médias en ligne.

À lire cet article: Tiken Jah en colère cogne le pouvoir Ouattara


Tiken Jah exprimait dans ce message sa déception face au gouvernement Ouattara. “Utopie, discours utopique. Discours utopique au sommet de nos gouvernements. Il n’y jamais eu de changement”, accusait-il le pouvoir Ouattara. Pour cette désillusion, Tiken Jah a même promis une chanson dans une dizaine de jours. Mais contre toute attente, alors que tous les mélomanes ivoiriens sont focalisés sur cette oeuvre devant sortir ces temps-ci comme promis par le reggaemaker, l’on constate que le post de “l’éveilleur de conscience” a mystérieusement disparu. Sur sa page Facebook, sa dernière publication date du 30 juillet à 14h04 et l’avant dernière du 15 juillet à 23h03.

À lire aussi cet article: Après sa sortie contre le pouvoir Ouattara, des ivoiriens à Tiken Jah: "Tu es un traître"


Que s’est-il passé? Tiken Jah a-t-il volontairement supprimé ce post? A-t-il reçu une pression du pouvoir Ouattara lui exigeant de supprimer son message? Difficile de l’expliquer. Nous attendons donc que le descendant de FaKoly clarifie cette situation. Affaire à suivre donc!

Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.