Burida : Désormais des taxes imposées pour les célébrations d’anniversaires, de baptêmes et de mariages

Publié le Modifié le
burida-desormais-des-taxes-imposees-pour-les-celebrations-d-anniversaires-de-baptemes-et-de-mariages Ph DR
People

Dans un communiqué signé de Ouattara Karim, Directeur général du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) dont copie est parvenue à Linfodrome, de nouvelles taxes de recouvrement de droits d’auteur des artistes ont été dévoilées. Ces taxes concernent les célébrations d’anniversaires, de baptêmes et de mariages.

Désormais, les célébrations de baptêmes, d’anniversaires et de mariages seront soumises à des taxes relevant du droit d’auteur. Et sur la base de la diffusion publique de musiques. Ainsi, dans sa politique de l’élargissement de l’assiette de perception, le directeur général du Burida a décidé de fixer des taxes dites forfaitaires à toute personne ou entité organisant soit une fête d’anniversaire, de baptême ou de mariage à son domicile ou hors de son domicile avec des personnes autres que la famille restreinte.

Selon le communiqué de l’inbstitution, dans le district d’Abidjan et Assinie, les mariages sont fixés à 30 000 F Cfa, les baptêmes à 5 000 F Cfa et le même coût pour les anniversaires. L’intérieur du pays n’échappe pas à cette nouvelle disposition. En dehors des mariages qui sont majorés de 10 000 F Cfa, les mêmes coûts sont également exigés. 

Dans la pratique, le Burida demande à toute personne voulant organiser l’une de ces fêtes de s’acquitter d’une redevance de droit d’auteur et de droits voisins à payer par mobile money. Cette mesure, à en croire son signataire est d’encourager la créativité pour faire vivre la culture. 

Selon une source au Burida, « cette disposition n'est pas nouvelle, toutefois c'est maintenant qu’elle est mise en pratique pour tout le monde, car nous avons déjà perçu pour des mariages dans des salles de spectacle ».

 

 

Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.