Politique nationale

Rdr: Guerre ouverte contre Amadou Soumahoro

Politique
Publié le Source : Soir info
guerre-ouverte-contre-amadou-soumahoro Le rapport de force au sein du parti est-il en faveur d’Amadou Soumahoro ?

La guerre pour la succession du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, à la tête du parti présidentiel, le Rassemblement des Républicains ( Rdr) semble officiellement ouverte

Les rivalités, feutrées hier, ont fait place, aujourd’hui à une véritable guerre ouverte. La principale cible, Amadou Soumahoro, secrétaire général par intérim contre qui, un front s’est constitué… La bataille, au regard de ce qui est donné de voir en ce moment, sera sans pitié pour lui et les hommes dont il s’est entouré au siège du parti. Il leur est notamment reproché de gérer la case du Rdr « comme une « case sacrée » dans un voile de mystère total, et sans perspective réelle. Dans un camp comme dans l’autre, les tensions s’avivent et les divergences s’aiguisent, affaiblissant, chaque jour un peu plus, l’édifice de la Rue Lepic. Des cadres, dont Adama Bictogo, ancien ministre de l’intégration africaine, député d’Agboville, Me Coulibaly Soungalo, Secrétaire national chargé des droits de l’homme, pour ne citer que ces deux figures emblématiques, sont vent debout depuis quelque temps contre la direction intérimaire du parti.

Dans leur ligne de mire, la « tête » d’Amadou Soumahoro. Et, depuis les dernières consultations locales (législatives, municipales et régionales), pourtant remportées par le Rdr, chaque jour voit sa petite phrase assassine surgir contre l’ancien ministre du commerce. Battu aux municipales à Séguela par un candidat indépendant issu du Rdr, Amadou Soumahoro souffre, pour de nombreux cadres et militants, d’un déficit de légitimité à la tête du parti.

Tout est donc en train d’être mis en place pour le mettre de côté. Au cours de leurs dernières sorties dans la presse, Adama Bictogo et Me Coulibaly Sounkalo, notamment, se sont livré à un diagnostic sans complaisance de l’état de santé de leur parti, aboutissant à la conclusion que « la direction n’est pas organisée, ou encore « le parti a besoin d’être restructuré ». Dans un excès de verbe, Adama Bictogo, le secrétaire national chargé des relations avec les autres partis politiques s’en est pris à la direction de son parti, « devenu faible » selon lui. « …Ceci n’est plus possible… Nous avons une direction qui n’est pas organisée, le parti est devenu faible. J’ai lu dans la presse mon grand frère, le secrétaire général par intérim, Amadou Soumahoro répondre aux militants en disant que la restructuration était terminée.

La restructuration s’impose aussi bien à la base qu’au sommet… Une élection n’est jamais gagnée d’avance. Le Rdr ne peut pas se complaire dans sa gestion d’Etat pour croire qu’en 2015, nous allons gagner les élections. Non ! Ce n’est pas au président de la République de venir rendre fort le Rdr. En tout état de cause, je pense que le Rdr, très rapidement, doit s’organiser. Et aux militants qui commencent à désespérer, je dis que, la direction-et j’assume, n’a pas su être à l’écoute de nos militants après notre accession au pouvoir » a-t-il lâché.

Dans le camp d’Amadou Soumahoro, ces critiques sont vues comme « une déclaration de guerre » et l’on condamne avec sévérité « ces actes d’insubordination caractérisés ». Et l’on se prépare à « tuer la rébellion rampante ». Mais que peut faire Amadou Soumahoro ? Quels sont les réels rapports de force au sein du parti ? Lui qui est loin de bénéficier d'une meilleure cote, tant auprès des cadres que des militants de base, dont ils n’a pas tenu compte de leurs avis dans le choix des candidats aux dernières élections locales. Mais le secrétaire général par intérim du parti a pour lui l'appareil, quelques affidés et peut-être, le président de la République, Alassane Ouattara qui se pose en dernier recours contre les risques de toutes les natures contre le parti.

Armand B. DEPEYLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuite