Après le verdict de la Cpi : Emmanuel Altit « Le président Gbagbo est satisfait »

Politique
Publié le Source : Soir info
apres-le-verdict-de-la-cpi-emmanuel-altit-le-president-gbagbo-est-satisfait Emmanuel Altit est optimiste quant à l’issue de la procédure à la Cpi (Ph: DR)

La décision de la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (Cpi) de confirmer les charges et renvoyer l’affaire le procureur contre Laurent Gbagbo en procès ne semble pas ébranler l’ex-chef d’Etat à en croire son avocat principal.

De fait, Emmanuel Altit a réagi quelques heures après la publication de ce verdict sur le site internet du magazine panafricain Jeune Afrique. Selon l’homme de Droit français, Laurent Gbagbo est même content de cette décision prononcée par les trois juges de la Chambre.« C'est une bonne décision. C'est une étape nécessaire pour le dévoilement de la vérité. Le président Gbagbo est satisfait. Il l'a dit et répété : il veut, pour l'histoire de la Côte d'Ivoire, que toute la vérité éclate. C'est la condition d'une vraie réconciliation », a indiqué Me Altit qui a également exprimé sa confiance quant à l’issue de la procédure en ces termes : « La Défense reste en position de force juridique.

La procureure ne dispose pas d'assez d'éléments pour gagner. C'est l'avis de beaucoup d'observateurs et celui d'un des trois juges de la chambre I qui s'est prononcé contre la confirmation des charges». De plus,pour le Conseil de Laurent Gbagbo, l’affaire mettant aux prises le fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi) à la procureure Fatou Bensouda va bien au-delà de la seule sphère ivoirienne. « Cet événement sera l'occasion de faire de le procès de tous ceux qui ont déstabilisé la Côte d'Ivoire, de tous ceux qui avaient un intérêt à répandre la violence.

En somme, des tenants de la Françafrique », a conclu l’avocat. Par ailleurs, Emmanuel Altit a décidé de faire appel de cette décision qui ouvre la voie à un procès contre son client pour 4 chefs d’accusation de, crimes contre l’humanité. Il s’agit notamment de viols et de meurtres commis lors de la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011 en Côte d’Ivoire.


Abraham KOUASSI

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Abraham KOUASSI
Voir ses articles