Après les récentes nominations dans l'armée : Le ministre Paul Koffi Koffi parle du cas Wattao

Politique
Publié le Source : L'inter
apres-les-recentes-nominations-dans-l-armee-le-ministre-paul-koffi-koffi-parle-du-cas-wattao Le ministre de la Défense a coupé court aux rumeurs sur le compte de Wattao

Le ministre auprès du président de la République chargé de la Défense, Paul Koffi Koffi, a coupé court aux rumeurs qui couraient sur le compte du commandant en second de la Garde républicaine, Issiaka Ouattara alias Wattao.

« Il s'agit simplement d'une relève au niveau du Ccdo (Centre de coordination des décisions opérationnelles, ndlr) », a d'abord précisé le ministre de la Défense, qui a ajouté, par ailleurs, que Wattao n'a ni été sanctionné, ni humilié. « Le Ccdo est sous la tutelle du ministre de l'Intérieur. Donc, il s'agit d'un commandement assuré par la police. Néanmoins, cette unité est inter-armee comme ce qui se passe dans toutes les unités et le temps du Colonel Wattao était arrivé (à échéance). Il a donc été décidé de le faire remplacer par un autre officier. Il ne s'agit ni d'une sanction, ni d'une humiliation de la part de sa hiérarchie », a-t-il indiqué.

Pour rappel, le Col Issiaka Ouattara, patron en second du Ccdo, a été remplacé à la tête de cette unité qui regroupe des policiers, des gendarmes et militaires, conformément au fonctionnement du Ccdo tel que prescrit par le décret du président de la République, Alassane Ouattara. En effet, le chef de l’État, qui préside le Conseil national de sécurité (Cns), avait en son temps pris un décret portant création et mode de fonctionnement du Ccdo, chargé de lutter contre le grand banditisme juste après la crise post-électorale. Et le Col Wattao a été proposé pour diriger, sur le terrain, cette unité compte tenu de son expérience en la matière.

En principe, il devait faire six mois, après sa prise de fonction courant 2012. Eu égard à la situation du moment (Abidjan fourmillait de braqueurs et autres bandits sans oublier les attaques des positions des Forces républicaines de Côte d'Ivoire), le président Ouattara a souhaité qu'il poursuive sa mission. Deux ans après que la situation soit redevenue normale, avec un indice de sécurité qui le prouve, le Col Wattao a cédé sa place à un autre officier, non sans avoir obtenu l'intégration de ses éléments figurant dans cette unité, dans l'armée, ''parce qu'ils ont fait preuve de courage''.

En ce qui concerne la nomination d'un autre officier à l’École générale des services de l'armée (Egs), là encore il ne s'agit pas d'une sanction, selon une source militaire, puisque Wattao n'en était pas le patron. Le chef d'état-major général de l'armée, Soumaïla Bakayoko, ayant estimé que la situation est redevenue normale, il a décidé de nommer à la tête de cette structure, qui encadre les ex-combattants en attente d'être immatriculés, un autre officier. Le colonel Wattao reprend donc son poste qu'il n'a jamais quitté, c'est-à-dire de commandant en second de la Garde républicaine. « Wattao est un homme de mission. Et il répondra présent partout où sa hiérarchie veut qu'il soit », a indiqué l'un de ses proches, que nous avons joint par téléphone.

Y.DOUMBIA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Yacouba Doumbia
Voir ses articles