PLAN D'ACTIONS TRIENNAL 2012-2015

Un atelier invite le ministère de la Justice à revoir ses priorités

Publié le Modifié le
un-atelier-invite-le-ministere-de-la-justice-a-revoir-ses-priorites Mamadou Gnenema Coulibaly, ministre de la Justice, des droits de l'homme et des libertés publiques de Côte d'Ivoire. Ph d'archives
Politique

A un an de la fin de la mise en application du plan d'actions triennal 2012-2015 du ministère de la Justice, des droits de l'homme et des libertés publiques, il est question de revoir à la baisse les ambitions du département dirigé par le Garde des Sceaux, Gnenema Mamadou Coulibaly.

C'est ce qu'a indiqué N'dri Justin, conseiller technique du ministre, au sortir d'un atelier de revue à mi parcours du document d'orientation de la politique sectoriel (Dops) dudit ministère et de son plan d'action triennal 2012-2015, le mardi 9 décembre 2014, à Cocody. En sa qualité de modérateur de l'atelier, il a expliqué que les participants ont fait cette recommandation vu le délai trop court (un an) pour réaliser le reste des activités contenues dans les deux programmes.

« On a revu nos ambitions un peu à la baisse. Mais, il reste entendu que nos objectifs, c'est de faire en sorte que la justice soit la plus performante possible », a dit le conseiller technique au sujet de la dizaine de tribunaux et de maisons d'arrêt qui devraient être construits. En effet, cinq sur seize juridictions prévues ont été construites, a-t-il dit.

Pour tenir dans le délai, N'dri Justin a confié qu'« il va falloir procéder à des réajustements, abandonner certains projets qu'on avait identifiés mais qu'on ne peut plus réaliser aujourd'hui, compte tenu de la contrainte du temps, ou certains projets qui, à l'époque apparaissaient importants, mais qui avec le contexte, n'apparaissent plus nécessaires ».

Il faut indiquer que les deux plans prévoyaient l'élaboration des textes, la construction et la réhabilitation de tribunaux et maisons d'arrêt, l'informatisation et le renforcement de capacités des acteurs de la justice. Mais des contraintes majeures ont empêché la réalisation du plan. Il s'agit entre autres de la contrainte financière et des ressources humaines au niveau de la direction des études de la législation et de la documentation.

N'dri Justin s'est néanmoins réjoui des résultats positifs. « Nous sommes satisfaits, mais il reste beaucoup à faire », a-t-il affirmé. Pour lui, « du travail a été fait », car « le système judiciaire était effondré » au lendemain de la crise post-électorale. «Aujourd'hui, toutes les juridictions ont été réhabilitées», a indiqué le collaborateur du ministre Gnenema Coulibaly, citant les tribunaux d'Issia et de Guiglo qui ont ouvert leurs portes.

À San pedro, la pose de la première pierre du tribunal et de la maison d'arrêt sera effectuée dès janvier 2014, a-t-il fait savoir. Le conseiller technique a salué l'élaboration des textes concernant le Conseil d'État, la Cour des comptes et la Cour de cassation. Dans le cadre de la facilité d'accès à la justice, il a apprécié l'engouement de la population au programme de consultation et d'assistance juridique gratuite lancé par le ministère.

César DJEDJE MEL
Voir ses articles