Financement des partis, présidentielle 2015

Affi réclame plus de 3 milliards Fcfa au pouvoir

Politique
Publié le Source : L'inter
affi-reclame-plus-de-3-milliards-fcfa-au-pouvoir (Photo d'archives)

Le camp de la fronde au Fpi, conduit par Abou Drahamane Sangaré et Alphonse Douaty, a été débouté par le Tribunal de 1ère instance d'Abidjan dans l'affaire l'opposant au président statutaire, Pascal Affi N'guessan.

Selon la décision de justice rendue vendredi dernier, il est interdit à "Sangaré, Douaty et leurs camarades d'utiliser le logo et le sigle du Fpi et de poser des actes au nom de cette formation politique. Ce, sous peine de débourser une amende de 10 millions de fcfa par acte'' et «chaque fois qu'ils le feraient». Affi a remporté la bataille contre ses adversaires et a désormais les coudées franches pour mener à bien les affaires à la tête du parti de Laurent Gbagbo.

Cette liberté d'agir, pour l'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo, n'a qu'un seul objectif pour l'instant : les élections présidentielles de 2015. «Les élections vous donnent l'occasion de vous projeter sur le terrain, de conserver votre électorat, parfois, de l'élargir et si vous pouvez, avoir des chances de gagner. Mais, même si vous ne gagnez pas, vous progressez en termes d'implantation», répète-t-il souvent aux militants du Fpi. Cette reconnaissance juridique octroie au président de ce parti le contrôle des comptes du parti, au moment où le gouvernement vient d'annoncer son intention de participer au financement des formations politiques comme le prévoit la loi. Selon des indiscrétions livrées sur le site jeuneafrique.com, Affi réclamerait, d'ailleurs, trois milliards de Fcfa d'arriérés au gouvernement, cela au titre de ce financement pour les années de 2007 à 2012. Une manne qui pourrait connaître une hausse, si l'on prend le financement pour les années 2013 et 2014. «Il fallait s'accorder sur un certain nombre d'éléments. Les détails techniques, les clés de répartitions ... ont été étudiés», précise une source proche du dossier. Selon toujours cette source, les critères ont été définis et les sommes que percevra chaque parti politique seront révélées dans les prochaines heures.

Cette nouvelle donne, favorable à l'héritier politique de Laurent Gbagbo, ne laisserait pas ses adversaires internes au Fpi sans réaction. La tendance Sangaré se trouve dans l'embarras. Mais pour elle, pas question de laisser la situation en l'état. Leur première réaction a été de modifier leur organigramme. Sangaré Abou Drahamane et Alphonse Douaty ont été remplacés respectivement aux postes de "président par intérim" et de "secrétaire général" du parti par Laurent Akoun et Koné Boubacar (ex -directeur du protocole de Laurent Gbagbo). «Cette décision est purement pratique. Sangaré et Douaty étant tous les deux visés par la décision de justice, ils ne pouvaient plus exercer ces fonctions. Mais dans les faits, Sangaré est toujours le patron », a déclaré un proche du camp Sangaré, cité par jeuneafrique.com. A charge pour lui de définir la nouvelle stratégie des frondeurs.

Pour le moment, rien n'a filtré des intentions de Sangaré, indique le journal. Mais, selon des bruits qui circulent, une réunion de la nouvelle direction sous Akoun Laurent doit se tenir dans cette semaine, afin de définir les nouvelles méthodes de lutte. «Le but est de tout faire pour continuer à gêner Affi. Il faut aussi refuser le retour à la clandestinité, refuser que notre tendance ne puisse pas s'exprimer», poursuit le proche de Sangaré qui dénonce les arrestations, vendredi dernier, de Marie-Odette Lorougnon, ex-députée d'Attécoubé, cadre du parti et de 5 autres militants. Autre chose, le camp Sangaré a décidé d'appuyer la nouvelle coalition anti-Ouattara. «Il s'agit d'une renaissance de l'opposition politique électorale. C'est nous qui avons demandé au nom des candidats Charles Konan Banny, Essy Amara, KKB (Kouadio Konan Bertin), Kablan Brou, Martial Ahipeau, à rencontrer la direction du Fpi. Nous sommes tombés d'accord. Le président Sangaré et l'équipe qui l'accompagne partagent ce point de vue», avait déclaré Mamadou Koulibaly à l'issue de la rencontre de mars dernier.

Les discussions entre l'ancien ministre des Affaires étrangères de Laurent Gbagbo et ses hôtes du jour, à en croire des indiscrétions, auraient tourné autour d'un certain nombre de points liés à la vie politique en Côte d'Ivoire. Notamment les prochaines élections, le listing électoral, la sécurité des biens et des hommes. Cette rencontre devrait aboutir à la création d'une plate-forme, assortie d'un document '' explosif '' sur les élections présidentielles de 2015. Une sorte de charte que la nouvelle coalition fera connaître à l'opinion nationale et internationale, portant sur ses exigences pour une élection juste et crédible. Une commission issue de cette tendance y travaille et devrait se prononcer dans les 10 prochains jours. «Il s'agira, selon le président de Lider, de définir un accord-cadre pour que les prochaines élections se déroulent dans la transparence totale». Selon toujours le proche de Sangaré, le principe a été accepté par le ''Comité central'' du Fpi. Mais, la nature même de cette coalition n'est pas encore fixée. «Va-t-on opter pour un nouveau parti, une coalition ou même quelque chose plus proche du mouvement citoyen? Pour le moment, c'est la grande inconnue», précise un membre du Fpi tendance Sangaré.

Cyrille DJEDJED avec jeuneafrique.com

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites