Congrès des dissidents du MFA: Le PDCI et le RDR cautionnent la destitution d'Anaky

Politique
Publié le Source : Soir info
congres-des-dissidents-du-mfa-le-pdci-et-le-rdr-cautionnent-la-destitution-d-anaky Anzoumana Moutayé a pris le pouvoir au Mfa... Sous le regard bienveillant de Guikahué, Adama Bictogo et autres personnalités du Rhdp

La page Anaky Kobena semble désormais tournée au Mouvement des forces d'avenir(Mfa). Du moins, si l'on s'en tient à trois faits majeurs qui auront marqué le congrès extraordinaire, organisé par les frondeurs, le dimanche 12 avril 2015, à l'hôtel du Golf.

D'abord, l'élection d'un nouveau président en la personne de l'ex-ministre Anzoumana Moutayé, en remplacement d'Anaky Kobena. Le député de Kouassi-Datékro s'est vu confier les rênes du Mfa, après un score stalinien. Il a été ainsi intronisé nouveau leader du parti, avec la bénédiction des deux ténors du rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) que sont le Parti démocratique de Côte d'Ivoire ( Pdci) et le Rassemblement des Républicains (Rdr). En effet, le parti de Henri Konan Bédié était représenté par son secrétaire exécutif, Maurice Kacou Guikahué. Pour sa part, le Rdr d'Alassane Ouattara, était représenté par Adama Bictogo, secrétaire national chargé des relations avec les autres partis politiques, la présidente des femmes, Joséphine Yéné Ouattara, et l'ex-ministre Souleymane Diakité Coty. A leurs côtés, se tenaient des représentants de l'Union pour la démocratie et la paix (Udpci) de Mabri Toikeusse et de l'Union pour la Côte d'Ivoire ( Upci) de Gnamien Konan. Ces partis membres du Rhdp ont, pour ainsi dire, donné leur onction au débarquement d'Anaky. Autrement dit, pour Ouattara et Bédié, le nouvel homme fort du Mfa s'appelle Anzoumna Moutayé. C'est là le deuxième fait marquant de ce congrès. On aura donc compris ce changement intervenu sur le poster géant qui trônait dans la salle, sur laquelle l'on voit les leaders des quatre partis du Rhdp. A la place d'Anaky Kobena, c'est Anzoumana Moutayé qui tient la main de Bédié. Un savant montage qui montre que celui qui était président du Mfa jusqu'à une date récente, a purement et simplement été gommé de la photo. Venus nombreux aussi bien de l'intérieur que des différentes communes d'Abidjan, les militants du Mfa se sont prononcés en faveur de ce changement intervenu à la tête de leur parti. Par la voix de leurs porte-parole, les élus, les jeunes, les femmes et les enseignants, ont, tour à tour, adoubé le choix d'Anzoumana Moutayé pour succéder à Anaky Kobena. La présidente des femmes, Chérif Massandjé, celui des jeunes, Judicaël N'guetta, Yaya Fofana et autres frondeurs, ont donc pris les rênes du parti, au terme d'une cérémonie pour laquelle d'importants moyens financiers ont été visiblement dégagés. En témoignent le nombre de cars et minicars qui ont convoyé les militants sur le site du congrès extraordinaire, mais aussi les t-shirts, casquettes et autres gadgets à l'effigie du Mfa, arborés par les congressistes. A peine porté à la tête du Mfa, le député Anzoumana Moutayé s'est adressé à ses militants, d'une voix peu assurée. Il a notamment fustigé « la gestion opaque et cavalière de l'ancien président du Mfa ». Il lui a, par ailleurs, reproché d'être davantage préoccupé par un « positionnement individuel », d'où sa propension à mettre en avant des « revendications de type syndicaliste voire corporatiste ». Le nouveau président du Mfa a réaffirmé le maintien de son parti au sein du Rhdp autant que sa pleine adhésion à l'appel de Daoukro. Et partant, son soutien à la candidature d'Alassane Ouattara à la prochaine présidentielle. Il a été par ailleurs décidé, à l'issue de ce congrès extraordinaire, de ravaler au statut de simple militant, l'ex-secrétaire général, Pascal Angui, de lever les sanctions prises, à l'époque, à l'encontre de l'ex-vice président, Antoine N'gbala Yao et d'exclure du parti, Lamine Kaba Mohamed, un pro-Anaky.

Assane NIADA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Assane Niada
Voir ses articles