Ouattara depuis Gbéléban: « Grâce à Bédié, nos enfants vivront en paix »

Publié le Modifié le
ouattara-depuis-gbeleban-grace-a-bedie-nos-enfants-vivront-en-paix Alassane Ouattara a encore salué le caractère salvateur de l'appel de Daoukro
Politique

Alassane Ouattara, le président de la République, était très à l’aise et heureux de retrouver ses parents maternels à Gbéléban, le vendredi 22 mai 2015, près de cinq après son dernier passage dans le village de Hadja Nabintou Cissé, sa génitrice.

Il a accordé un point d’honneur à exprimer sa reconnaissance à Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) qui a lancé l’appel de Daoukro, et dirigé les travaux de la convention commune du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) qui l’a désigné, le 25 avril 2015, candidat unique de la coalition au pouvoir. « La décision de Henri Konan Bédié, mon aîné, qui a lancé l’appel de Daoukro est une décision de sagesse et de stabilité. La décision du Rhdp de faire de moi le candidat unique et le candidat de chacun des partis permet une stabilité sur une longue période. Merci à Henri Konan Bédié pour ce grand sens de l’Etat. Grâce à lui, nos enfants et petits-enfants vivront dans la paix et la stabilité », a déclaré le président Ouattara, appelant ses oncles, ses tantes et ses cousins à applaudir le chef du Pdci. Henri Konan Bédié a donc été très ovationné par tout Gbéléban, qui s’est retrouvé sur le terrain de l’école primaire Gbéléban 1.

C’est dans une ville presque entièrement bitumée que le chef de l’Etat a annoncé que « nous avons beaucoup de choses à faire ici ». « D’ici 2 à 3 ans, Gbéléban deviendra un petit Abidjan. Je sais qu’avec vos prières, on continuera d’aller de l’avant afin que le pays soit en paix. Avec la sécurité qui est de retour, la Côte d’Ivoire va renforcer sa cohésion », a-t-il indiqué.

En présence du président de la République de Guinée, Alpha Condé, le numéro 1 ivoirien a adressé un mot aux hommes politiques. « La politique ne doit pas diviser les Ivoiriens. Elle doit être une compétition où chacun est libre de choisir. Je souhaite que les élections soient apaisées. Nous devons montrer au monde que nous avons atteint cette maturité et que nous sommes un pays démocratique. Je veux compter sur vos prières et vos bénédictions pour que le pays soit en paix », a affirmé Alassane Ouattara à Gbéléban et Samatiguila (la deuxième étape de la journée, Ndlr), espérant qu’il sera élu à 99% à l’élection présidentielle d’octobre 2015. « Je crois en mon beau pays, à la cohésion. Je crois qu’il va retrouver son équilibre et sa grandeur », s’est-il montré optimiste. Avant d’exhorter les cadres de Gbéléban, en particulier et d’Odienné, en général, à investir dans leur région. Il les a invités à s’approprier le projet de construction de la cité baptisée ‘’Adja Nabintou Cissé’’ à Gbéléban, en bâtissant des maisons.

L’âme de Nabintou Cissé plane

L’âme et l’esprit de Hadja Nabintou Cissé-Ouattara, la mère du président de la République, ont plané sur le meeting qui s’est tenu à Gbéléban, le vendredi 22 mai 2015. Après un long et pathétique témoignage du maître de cérémonie sur l’humiliation qu’a vécue le chef de l’Etat, lorsque la tombe de sa mère a été profanée en 2005, Alassane Ouattara a pris la parole dans une ambiance glaciale. « Bien évidemment, je suis à la maison. Aya douahou nannan ! (l’enfant prodige est de retour, Ndlr). Aujourd’hui, Hadja Nabintou Cissé, Alassane Ouattara est le président de la République. Il l’est grâce à vos bénédictions, vos prières. De là où se trouve Nabintou Cissé, elle doit être heureuse de savoir que ses prières ont porté. Elle doit prier pour que le pays soit en paix », a soutenu M. Ouattara, exprimant sa reconnaissance à ses oncles et ses tantes qu’il a tenu à citer nommément.

A l’en croire, « le pays est en voie de changement grâce au travail que nous faisons ». Il a expliqué ainsi sa longue absence de Gbéléban. Toutefois, il a indiqué qu’il n’a pas besoin de faire des « avances » à ses parents. Face à ceux-ci, qui n’ont présenté aucune doléance, comme cela a été le cas aux étapes précédentes, Alassane Ouattara a déclaré : « Le livre blanc se trouve dans la poche ». Il a promis que les travaux de bitumage de l’axe Odienné-Gbéléban, débuteront cette année.

Doumbia Alassane, député de Gbéléban et frère aîné de l’artiste-chanteur Tiken Jah, a soutenu que le département de Gbéléban se tenait en ordre de bataille derrière son fils pour lui assurer une victoire éclatante en octobre 2015.

Hervé KPODION (Envoyé spécial dans le Denguélé)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites