Côte d'Ivoire

Présidentielle / 1er meeting de la Cnc : les opposants démontent Ouattara

Politique
Publié le Source : Linfodrome
presidentielle-1er-meeting-de-la-cnc-les-opposants-demontent-ouattara Le député KKB a enflammé le public. Ph CDM

Le meeting annoncé par la Coalition nationale pour le changement (Cnc), la plate-forme des opposants, s'est tenu à Yopougon, samedi 20 juin 2015, à la place Ficgayo.

Pour leur premier rassemblement populaire, les présidents des partis membres de Cnc ont tous répondu présents. Charles Konan Banny, Koudio Konan Bertin dit Kkb, Mamadou Koulibaly, Kouamé, Sangaré Abou Drahamane et tous les autres étaient là. Et se sont exclamés : "enfin, enfin, enfin, quatre ans après l'arrivée de Ouattara au pouvoir, l'opposition peut tenir un meeting en paix". Ils ont dénoncé « le régime dictatorial » de Ouattara. En effet, le député Konan Kouadio Bertin (Kkb) a déclaré : « il a fallu attendre la fin de son mandat pour que l'opposition puisse tenir un meeting en Côte d'Ivoire... Je le félicite enfin qu'il ait compris que la démocratie, c'est comme cela qu'elle s'exerce. Le droit à la différence doit être respecté. Et vous voyez que les Ivoiriens peuvent tenir un meeting sans qu'il y n'ait une seule blessure. C'est ça qui est ivoirien...».

Prenant à témoin les forces de sécurité nationales et internationales qui ont assuré la sécurité du rassemblement, et vu l'ambiance pacifique dans laquelle il s'est déroulé, Laurent Akoun du Fpi interroge: « Qui est violent en Côte d'Ivoire ? Qui n'aime pas la paix ». Car selon les leaders, le pouvoir a fait croire que ce meeting allait entraîner des débordements et des troubles. Pour Akoun, la paix ne peut être une réalité dans un pays que si ses lois sont respectés « Le respect de la Constitution, de toutes les lois de la République et le respect de tous les règlements. C'est cela le fondement d'une paix durable » a-t-il déclaré avant d'interpeller le pouvoir Ouattara. « Laissez-nous faire nos manifestations tranquillement », a t-il réclamé. Puis de poursuivre : « comment bâtir le pays de la vraie fraternité quand on jette en prison depuis quatre ans des citoyens sans jugement », a décrié Akoun Laurent.

Le bilan de Ouattara n'a pas échappé aux critiques des opposants. Mamadou Koulibaly a soutenu que le bilan du président sortant « est nul », relevant ses mesures pour appauvrir les Ivoiriens. C'est le message qu'il a envoyé les militants dire aux populations ivoiriennes, mais dans un langage courtois, pour les faire adhérer à la cause de la Cnc pour une alternance pacifique. Et Kkb de préciser que Ouattara n'a rien apporté à la Côte d'Ivoire, si ce n'est « 15 ans de retard ». Il a affirmé que les grands chantiers (l'autoroute du nord, le pont de Jacqueville, le pont Henri Konan Bédié) dont se vante le pouvoir, ont été réalisés par ses prédécesseurs Houphouët, Bédié et Gbagbo. La circulation sur l'autoroute qui, selon lui, était gratuite, l'oeuvre de Ouattara a été de mettre des péages. « C'est du racket, c'est du racket », a dénoncé Kkb. « Le pont Bédié aurait pu être construit depuis 2003... mais quelqu'un a dit, je frapperai ce régime moribond et il tombera comme un fruit mûr », a rappelé le député Kkb. Accusant ainsi le régime actuel d'avoir causé par « le coup d'État de 1999 et la rébellion de 2002 » le retard de la Côte d'Ivoire.

L'un des points dont veut discuter la Cnc avec le gouvernement en vue d'une élection apaisée est la composition de la Commission électorale indépendante. À ce sujet, Kkb a chargé Youssouf Bakayoko. « Tu as présidé une Cei qui a donné un résultat qui a débouché sur 3000 morts. Tu peux toi-même dite ''ahia'', cette fois-ci je me mets de côté. Mais non non, il faut qu'il s'asseye, il s'en fout. Comme si après lui, si demain il n'est plus avec nous, il n'y a plus un ivoirien capable d'amener les Ivoiriens aux élections », s'est étonné le député de Port Bouet. Affirmant que les mêmes causes produisent les mêmes effets, Kkb craint que la présidentielle de 2015 finisse dans la violence comme celle de 2010 si la Cei et le code électoral ne sont pas revus.

Le meeting de la Cnc traduit selon Charles Konan Banny, leur volonté de tuer la peur. « Nous sommes là pour vaincre l'esprit du mal ». « Nous n'irons pas avec la peur au ventre. Si je devais avoir peur, je ne serais pas ici », a t-il encouragé les militants. Lui aussi a dénoncé les accusations du pouvoir contre eux et remercié les forces de l'ordre qui permettent de par leur présence de démentir le mensonge que « Cnc veut détruire et brûler le pays ». Au plan de la réconciliation, Banny a indiqué que « Gbagbo ne peut pas seul subir les turpitudes de la Côte d'Ivoire ». « Il faut qu'ensemble nous oeuvrons pour le faire libérer », a-il invité les Ivoiriens. Kkb, Banny et Koulibaly ont appelé les militants à aller se faire enrôler pour afin de participer au vote et faire partir Ouattara du pouvoir par les urnes.

César DJEDJE MEL
Voir ses articles