Côte d'Ivoire

Cacophonie sur l'alternance 2020 / KKB: "Je ne parle plus à Bédié"

Politique
Publié le Source : Linfodrome
cacophonie-sur-l-alternance-2020-kkb-je-ne-parle-plus-a-bedie Kouadio Konan BertIn dit KKB a répondu aux attaques de Touré Mamadou. Ph d'archives

Invité de Events Tv pour parler de la présidentielle de 2015, le député de Port-Bouët Kouadio Konan Bertin (KKB) a encore assené ses vérités.

Concernant les arrestations des cadres et surtout des jeunes du Front populaire ivoirien (Fpi) de la tendance Abou Drahamane Sangaré, KKB affirme que cela n'obéit pas à l'esprit houphouetiste dont le pouvoir se réclame. « ...C'est regrettable, la Côte d'Ivoire na pas besoin de cela. Je vous l'ai toujours dit, e peuple ivoirien est méconnaissable... ».

Le député du Pdci a donc lancé un appel au chef de l'Éta ivoirien. « J'invite le président Ouattara et son gouvernement à arrêter cela, surtout que nous sommes à quelques mois des élections. Il faut plutôt poser des actes allant dans le sens de la décrispation de l'atmosphère générale pour que nous puissions aller à des élections apaisées ». S'agissant des dissensions au sein de la Coalition pour le changement (Cnc) dont il est membre, au regard de l'indécision d'Essy Amara et les sorties de Mamadou Koulibaly, KKB a assuré que « la Cnc se porte bien et très bien ». Il explique cette situation par la diversité de richesses dont regorge la Coalition.

Cependant, KKB n'est pas d'accord avec le boycott du recensement sur le listing électoral décidé par le Fpi. « Mon idéal à moi n'est pas le boycott systématique » se désole t-il et compte sur son intelligence pour se faire voter par les ivoiriens. Mais il averti que « ce qui est en jeu, je le répète aux ivoiriens, c'est l'état civil de Côte d'Ivoire. Si vous boycottez l'enrôlement et que vous laissez les autres se faire enrôler eux seuls, pendant 50 ans ou 100 ans, votre pays va vous échapper ».

KKB a répondu aux attaques contre sa personne de la part Touré Mamadou, conseiller du Président Ouattara, chargé de la jeunesse. Relevant qu'il lui pardonne ses propos. Il dira « j'espère qu'un jour ils comprendront que d'autres personnes aussi peuvent les attaquer sans trouver la mort ». L'un des points abordés au cours de cette interview est l'alternance 2020 qui, après les récentes déclarations de Ouattara et Mabri, laisse croire que le Pdci a été roulé dans la farine. « Mabri est dans son droit de se présenter en 2020. Il est chef d'un parti politique... Ceux qui veulent rêver peuvent rêver au Pdci Rda. » Face à cette situation, invité par le journaliste à interpeller le président du Pdci Henri Konan Bédié, KKB rétorque : « je n'ai plus à lui parler. J'ai dit aux militants du Pdci et aux Ivoiriens ce que je pense. La raison d'être d'un parti est de conquérir le pouvoir d'État... »

César DJEDJE MEL
Voir ses articles