Orpaillage clandestin: L'Armée ferme une mine attribuée à Wattao

Politique
Publié le Source : Soir info
orpaillage-clandestin-l-armee-ferme-une-mine-attribuee-a-wattao La mine fermée est supposée appartenir à l'ex-chef de guerre Wattao, qui occupe un haut rang dans l'armée aujourd'hui. (Photo d'archives)

L'Armée vient de mettre un coup d'arrêt aux activités d'une mine d'or supposée appartenir à l'ex-chef de guerre Issiaka Ouattara, alias Wattao.

Selon l'agence Reuters, qui rapporte l'information, tout est parti d'un rapport d'enquêteurs des Nations Unies. Soupçonnant les ressources générées par cette mine de financer les activités de l'ex-chef de guerre, ils avaient réclamé que soit fermé le robinet. C'est que la mine, supposée être la propriété de Wattao, faisait un chiffre d'affaires de près de 49 milliards de Fcfa par an soit 97 millions de dollars. Cette mine, située dans le village de Gamina dans l'Ouest du pays, employait 16 000 personnes, au dire des experts onusiens en charge de la surveillance de l'embargo sur les armes, imposé à la Côte d'Ivoire par l'Onu. Ces experts soupçonnent l'argent issu de la vente des produits miniers de servir au financement de choses pas trop claires. Aussi ont-ils préconisé qu'il soit mis fin aux activités de cette mine. Les autorités ivoiriennes ont certainement fait droit à leur requête en procédant à la fermeture de ladite mine. Interrogé sur le sujet par le confrère, le ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi, a confirmé le démantèlement de cet orpaillage clandestin. « Nous avons donné un ultimatum aux mineurs de quitter avant la date limite et nous avons envoyé nos forces, mais ils avaient déjà quitté. Il devait être dégagé avant l’élection », a-t-il admis, se gardant toutefois de dire si la mine en question appartient bel et bien à Wattao. Notons que la fermeture de la mine, supposée appartenir à Wattao, intervient au moment où les autorités ivoiriennes ont décidé de mettre fin aux activités des orpailleurs clandestins. Depuis, plusieurs sites ont été libérés, leurs occupants ayant été dégagés de force.

Assane NIADA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Assane Niada
Voir ses articles