Comment Wattao a sauvé Sam l’Africain

Politique
Publié le Source : Soir info
comment-wattao-a-sauve-sam-l-africain (Photo d'archives)

Jeudi 10 maars 2016, au cours de la seconde partie de l’audience qui a débuté à 15 h (heure de La Haye), Sam l’Africain est revenu sur la situation qui prévalait à Abidjan après l’arrestation de Laurent Gbagbo.

Le témoin a notamment expliqué à la Cour, qu’il a eu la vie sauve grâce à l’intervention d’Issiaka Ouattara dit Wattao, officier pourtant proche du camp Ouattara, qui avait combattu son mentor, Laurent Gbagbo. De fait, le témoin indique avoir reçu quelques semaines après l’arrestation de l’ex-président ivoirien, la visite d’hommes en armes qui ont menacé de s’en prendre à lui, s’il ne leur remettait pas la somme de 10 millions de Francs.

Sam l’Africain a indiqué avoir fui vers le domicile de son voisin d’où il a joint des membres du camp Ouattara. « J’ai sauté du duplex pour tomber dans la cour d’un voisin. J’étais caché sous un lit, et j’ai fait appel à ceux que je connaissais, qui étaient avec Alassane (Alassane Ouattara, ndlr ). (...) Il m’a dit qu’il était à Bouaké, et il m’a donné le numéro du général Gueu. Je l’ai appelé, et à son tour, il m’a donné le numéro de Morou (Morou Ouattara, ndlr), le petit frère de Wattao. Il m’a dit qu’il était aux 2-Plateaux, et il m’a donné le numéro de Wattao », a relaté le président de la Nacip.

« Quand je l’ai appelé, il m’a demandé ma position, et m’a dit ''ne bouge plus. On vient te chercher''. Ils sont arrivés dans la cité avec des chars, deux 4X4 et des militaires. Ils m’ont dit de sortir car la zone était sécurisée ».

Visiblement fatigué, Sam l’Africain est également revenu sur son rôle dans le processus de paix. « De la Pergola, il y a eu une équipe qui est venue avec Eugène Djué pour nous demander d’intervenir à Yopougon pour demander à nos gens qui avaient des armes, d’arrêter la guerre », a-t-il témoigné.

Abraham KOUASSI

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Abraham KOUASSI
Voir ses articles