Procès Affi contre Sangaré: Le juge se déclare incompétent

Publié le Modifié le
proces-affi-contre-sangare-le-juge-se-declare-incompetent (Photo d'archives)
Politique

Le juge Charles David Kouadio a tranché, lundi 14 mars 2016, dans l'affaire opposant Pascal Affi N'Guessan à Abou Drahamane Sangaré, Koné Boubakar, Marie-Odette Lorougnon, Laurent Akoun, pour le contrôle du Front populaire ivoirien (Fpi).

Le juge s'est déclaré « incompétent ». Après deux reports, d'abord le 4 mars, puis le 11 mars 2016, le juge a finalement avoué être incompétent dans cette affaire ouverte le 29 février 2016. Pascal Affi N'Guessan avait introduit une plainte en référé pour usurpation de titre et non-respect d'une décision de justice par ses adversaires au sein du Fpi. Au sein du camp Sangaré, on semble satisfait de la décision. Selon le Secrétaire général par intérim de cette tendance du parti de Laurent Gbagbo, « la lutte continue ». Réagissant sur le même sujet, à l'issue de l'audience qui a duré quelques 5 minutes, Marie-Odette Lorougnon, la présidente des femmes du Fpi, camp Sangaré, a trouvé que la justice vient de franchir un grand pas. « C’est un bon début pour la justice ivoirienne. Dans un pays, la justice qui est une institution majeure doit dire le droit. Ce matin, nous pensons que la justice a dit le droit et notre justice peut encore prendre son indépendance et être à la disposition du peuple ivoirien quelle que soit son obédience. Le 18 janvier, quand j’ai été cueillie à l’aéroport comme une malpropre, le juge a mis fin au procès intenté contre moi prétextant qu’il ne saurait condamner une innocente. C’est un grand pas pour la justice ivoirienne », s'est-elle prononcée. Cependant pour le camp Affi, qui a réagi, sur connectionivoirienne.net, par la voix de Agnès Monnet, la Secrétaire générale, « la justice n’a pas rendu une décision. Le juge en référé s’est déclaré incompétent, ce qui semble quand même bizarre mais l’affaire sera portée devant la cour d’appel d’Abidjan ». « Normalement, il devait y avoir confirmation de la décision du 3 avril 2015. Mais pour le moment, je pense qu’on s’en tient à cette décision, en attendant un nouveau verdict. Ce que le juge a dit n’annule pas les décisions de justice antérieures », a-t-elle dit. Le feuilleton judiciaire au Fpi semble ne pas être à sa fin.

Hervé KPODION

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.