Forces armées de Côte d'Ivoire : Le gros coup qui se prépare

Politique
Publié le Source : Soir info
forces-armees-de-cote-d-ivoire-le-gros-coup-qui-se-prepare Photo d'illustration

Un grand coup de balai s'annonce dans les armées après les mutineries qui ont secoué le pays. Ces mouvements d'humeur des soldats, on le sait, ont sérieusement affecté le chef de l’État. D'ailleurs, il l'a confessé au cours de son message à la nation du 6 août 2017.

C'est sûrement pour éviter que de tels actes d'indiscipline ne se répètent qu'Alassane Ouattara a décidé de donner un grand coup de balai dans l'armée. C'est Jeune Afrique qui lève le voile sur ce que mijote le chef de l’État contre certains des mutins qui ont braqué récemment la République en réclamant des primes au moyen des armes de guerre. Pour « mater » ces éléments indisciplinés et d'autres qui seraient tentés d'imiter leur exemple, Ouattara a instruit la hiérarchie militaire de sévir désormais en les éjectant de l'effectif de l'armée.

A relire:  Les révélations de Wattao sur la mutinerie de Bouaké

Une ordonnance, avance le confrère, a été prise dans ce sens. Elle donne au chef d’état-major, le général Touré Sékou et au commandant supérieur de la gendarmerie, le général Nicolas Kouakou, le pouvoir de radier tout élément des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (Faci), en rupture de ban avec la discipline militaire. En clair, ils sont investis de pouvoirs exceptionnels leur permettant de rayer de l'effectif tout soldat sur « rapport de (son) supérieur hiérarchique, en cas de flagrance dans la commission de fautes contre l'honneur et la morale ».

Par ailleurs, ils peuvent foutre à la porte tout soldat qui se serait absenté pendant 15 jours et cela de façon injustifiée. Cette dernière mesure viserait des éléments faisant partie des 8400 soldats qui se sont mutinés à la mi-mai. Certains parmi eux n'ont plus donné de leurs nouvelles depuis qu'ils ont obtenu satisfaction à leurs revendications. Ceux-là pourraient tomber sous le coup des nouvelles mesures si d'ici là ils n'ont pas justifié leur absence prolongée.

A en croire des sources sécuritaires que nous avons jointes, cette volonté affichée d'éjecter des « mauvais grains » de la grande muette n'est pas nouvelle. De tout temps, des dispositions réglementaires permettent à la hiérarchie militaire de le faire. Notamment au sein de la gendarmerie, où l'ex-commandant Kouakou Gervais, y recourait pour sanctionner des éléments indélicats. En prenant cette ordonnance, il s'agit de renforcer ces dispositions existantes, avec pour souci de rappeler désormais à l'ordre tout fauteur de trouble.

 

A.NIADA     

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Assane Niada
Voir ses articles