Massacre d'Anonkoi-Kouté/ le Gal Mangou : « Je demande pardon à la population d'Abobo »

Publié le Modifié le
massacre-d-anonkoi-koute-le-gal-mangou-je-demande-pardon-a-la-population-d-abobo DR
Politique

A son deuxième jour de témoignage ce mardi 26 septembre, l'ex chef d'Etat major des armées, le général Philippe Mangou, continue ses révélations sur la crise post-électorale.

Revenant sur les moments durs de la crise post-électorale, le général Philippe Mangou a confié que les fores de défense et de sécurité n'avaient pas suffisamment d'armes pour affronter les forces armées des ex-forces nouvelles. « La Côte d'Ivoire était sous embargo. On n'avait pas d'armes », a-t-il revelé. Interrogé aussitôt sur les tueries intervenues à Abobo, Philippe Mangou a préféré faire mea culpa. « Je voulais profiter de cette occasion pour demander pardon à la population d'Abobo parce qu'on a pas pu leur venir en aide et ceux Anokoi Kouté. Si on n'a pas pu les défendre, c'est parce qu'on était à cours de munitions", a-t-il confié. L'interrogation de l'ex chef d'Etat major des ex-FDS pourrait s'étendre sur une voire deux semaines.