Réfugiés ivoiriens au Ghana et au Togo : le HCR lance un ultimatum de deux ans

Publié le Modifié le
refugies-ivoiriens-au-ghana-et-au-togo-le-hcr-lance-un-ultimatum-de-deux-ans
Politique

Installés dans des camps au Ghana et au Togo depuis la crise post-électorale de 2010-2011, les Ivoiriens réfugiés dans ces deux pays ont deux mois pour libérer ces espaces. A défaut, ils ne pourront plus compter sur l'appui du HCR.

Deux mois. C'est le temps que le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) accorde aux Ivoiriens installés dans les camps au Togo et au Ghana pour quitter ces espaces et éventuellement rentrer dans leur pays.

Passé ce délai, l'organisation onusienne ne les prendra en plus charge. Cette information troublante pour ces réfugiés a été livrée par Afrikipresse après un reportage dans les deux pays pré-cités. A en croire le confrère, « Les quelques 8.000 réfugiés encore pensionnaires de ces camps sont sommés par le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) de regagner leur pays, la Côte d’Ivoire au plus tard, le 31 décembre 2017. Dans le cas contraire, à partir de cette date, l’institution onusienne se désengagerait totalement, quant à sa responsabilité juridique vis-à-vis de ces derniers ». En cas de départ, fait savoir le site ivoirien, le HCR propose aux réfugiés, un appui de 75.000 FCFA par adulte et 50.000 FCFA par enfants.

Abraham KOUASSI
Voir ses articles