Migration irrégulière et apatridie : Des députés ivoiriens prennent les choses en main, un réseau de parlementaires créé

Politique
Publié le Source : Linfodrome
migration-irreguliere-et-apatridie-des-deputes-ivoiriens-prennent-les-choses-en-mains-un-reseau-de-parlementaires-cree DR

Un Réseau de parlementaires ivoiriens pour la migration, les réfugiés et les apatrides (RP-MIRA) vient de voir le jour au sein de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Prenant conscience du rôle déterminant que joue le Parlement dans l’adoption et la mise en œuvre des lois, des politiques, des plans et programmes de gestion des questions relatives à la migration, aux réfugiés et à la situation des apatrides dans nos Etats, des députés ivoiriens ont décidé de prendre le taureau par les cornes en mettant sur pied un Réseau de parlementaires pour la migration, les réfugiés et les apatrides. Selon l’honorable Bema Coulibaly, Président dudit réseau, le RP-MIRA a pour but de contribuer à la mise en place et à la promotion d’une meilleure stratégie pour répondre au phénomène des crises migratoires et de la situation des apatrides.

« Les questions relatives aux migrants, aux réfugiés et aux personnes apatrides demeurent d’actualité et ont un impact indéniable sur le développement et la stabilité sociopolitique de nos Etats ainsi que sur les droits fondamentaux des populations. En tant que parlementaires, et donc élus du peuple, il était important pour nous de prendre les choses en mains en nous engageant non seulement dans la lutte contre la migration irrégulière et l’apatridie, mais aussi faire en sorte de garantir aux réfugiés leurs droits fondamentaux», a expliqué le député Bema Coulibaly.

C’est pourquoi, le Réseau des parlementaires pour la migration, les réfugiés et les apatrides, condamne ‘’avec la dernière énergie’’ la vente aux enchères en Libye de migrants africains, les séquestrations, l’exploitation, la traite des personnes et les viols qui se produisent dans les camps de rétention. « Le Réseau des parlementaires pour la migration, les réfugiés et les apatrides, attire l’attention de l’ONU, de l’UE, de l’UA, de l’OIM et des autorités libyenne sur les conséquences graves qui pourraient résulter de ces pratiques esclavagistes», a déclaré le Président du RP-MIRA, qui promet, les jours à venir, une batterie d’actions pour atteindre les objectifs que s’est fixé le réseau.

David YALA