6 mois après sa libération: Voici ce que prépare Samba David

Publié le Modifié le
6-mois-apres-sa-liberation-voici-ce-que-prepare-samba-david Samba David (3è à partir de la d.), heureux de retrouver ses amis journalistes.
Politique

Le président de la coalition des indignés reste égal à lui-même. En visite, ce mardi 8 janvier 2019, dans les locaux du groupe Olympe éditeur des quotidiens Soir Info, Linter et le portail d’information LInfodrome.ci, Samba David a révélé à Vamara Coulibaly, Directeur général (Dg) et Directeur de publication (Dp) de l’entreprise de presse et ses collaborateurs, son nouveau combat pour «les plus faibles ».

Après sa sortie de prison Douyou Nicaise alias Samba David avait effectué un voyage fin octobre 2018, en Tunisie pour subir des traitements médicaux. De retour à Abidjan, l’ex-prisonnier a confié au Dg d’Olympe qu’il « revient en grande forme pour continuer son combat de défense des plus faibles, des démunis et des vulnérables». Profitant de sa visite au sein de l’entreprise de presse, où il a dit être venu souhaiter ses vœux de bonne année 2019, aux journalistes, Douyou Nicaise s’est engagé a mené le nouveau combat pour « l’expression de la colère du peuple ».

Séjour carcéral

Samba est revenu sur ses conditions de détention à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), puis son bref séjour carcéral à Korhogo. « J’étais condamné à six mois de prison. Et après ils ont fabriqué des preuves pour m’accabler à nouveau afin que je passe plus de temps là-bas. (…) En prison, chaque semaine, il y avait des décès. Je suis resté cinq mois en prison à Korhogo. Sur ces cinq mois, je suis même resté quatre mois alité. J’étais paralysé. Je reviens de la Tunisie et je suis en pleine forme. Je crois que le Samba que vous avez connu, c’est le même. Même si le physique n’est plus le même», a-t-il relaté de façon émouvante tout en gardant le sourire aux lèvres. Vamara Coulibaly de saluer son courage pendant ces moments difficiles en prison. Car Ziao Hamadou, rédacteur en chef de LInter, le correspondant de Soir Info à Aboisso et lui ont fait l’expérience de la prison.

Nouvel état d’esprit

Par rapport à la nouvelle dynamique de réconciliation et de pardon qui l’animent, Samba a été on ne peut plus clair. «Ce que j’ai subi, je ne voudrais pas que les ivoiriens le subisse. Je ne serai pas d’accord que le Dg de la Dst se retrouve en prison parce qu’il a été Dg de la Dst hier. Il était en fonction. Ce qu’il a fait, il l’a fait. Mais s’il a commis des impairs, là il faut les considérés. Je ne veux pas accepter que le juge qui m’a condamné injustement soit un jour condamné parce qu’il a condamné Samba David injustement. Je ne voudrais pas les militants d’un parti politique quelconque soit poursuivi demain pour leur appartenance politique », a fait noter le leader d’opinion politique. Pour lui, son combat sera vain s’il arrivait qu’un leader d’opinion politique soit emprisonné demain pour son opinion. « J’aurai fait la prison pour rien », a-t-il justifié.

Nouveau combat

Fervent défenseur de la cause « des plus faibles et de ceux qui ont peur de parler », Samba a dit être revenu prendre la lutte là où il l’a laissé. « Nous sommes tous les soldats des démunis afin que Dieu puisse ouvrir les portes pour que chaque ivoirien trouve de quoi à manger. Il y a en a qui sont une poignée et ils ont beaucoup à manger. Or il y a beaucoup de personnes qui ont une poignée de nourriture à manger. Il faut faire l’inverse. Et c’est pour ça que nous sommes venus nous battre », a révélé le président de la coalition des indignés qui n’a pas manquer de rappeler le lancement pour bientôt du mouvement « l’expression de la colère du peuple ».

Olivier YEO