Après la sortie de Bédié/Dr Christophe Kouamé: « Le gouvernement doit lancer le débat sur les étrangers et la nationalité »

Politique
Publié le Source : L'inter
apres-la-sortie-de-bedie-dr-christophe-kouame-le-gouvernement-doit-lancer-le-debat-sur-les-etrangers-et-la-nationalite Dr Christophe Kouamé appelle à un débat national sur la question de l’étranger et de la nationalité.

Les propos tenus par le président du Pdci-Rda, le mercredi 5 juin 2019 à Daoukro, sur l'orpaillage clandestin et la fraude sur la nationalité ivoirienne, continuent de susciter des réactions.

Dans deux vidéos publiées le week-end dernier et en début de semaine sur les réseaux sociaux, le président du comité exécutif de Civis-Côte d’Ivoire invite le gouvernement à ouvrir le débat sur les étrangers et la nationalité ivoirienne. « Le gouvernement ivoirien doit lancer maintenant et tout de suite le débat sur la Côte d’Ivoire, sur les étrangers, sur les Ivoiriens, la nationalité ivoirienne, l’identité ivoirienne, pour que nous nous parlions. Il est grand temps que les Ivoiriens se parlent », a dit le Dr Christophe Kouamé dans son message.

Pour l’ancien coordonnateur national de la Convention de la société civile ivoirienne (Csci), ce débat s’impose pour vider un contentieux vieux de près de 30 ans. « Il est nécessaire, il est impératif que ce débat ait lieu pour vider ce contentieux que nous traînons depuis maintenant 30 ans. Ce débat doit avoir lieu, nous ne pouvons pas l’éluder indéfiniment. Il faut adresser ce problème social qui mine notre vie publique depuis très longtemps », a estimé le président de Civis-Ci.

Selon ce leader de la société civile ivoirienne, la persistance des conflits intercommunautaires pourrait s’expliquer par le fait que des conférences nationales ont été organisées dans la majorité des pays de la Cedeao en 1990, à l’exception de la Côte d’Ivoire, où les Ivoiriens ne se sont jamais parlé. « Les Ivoiriens n’ont jamais fait leur concertation nationale. Le débat public sur l’étranger, sur la xénophobie, sur la communauté, sur l’option que nous devrions prendre en tant que terre d’immigration, n’a jamais fait l’objet de courage de tous les dirigeants de 1990 à ce jour », fait-il remarquer.

Selon lui, le problème de l’étranger et de la nationalité est un problème réel auquel il faut apporter une réponse appropriée. « C’est un réel problème. Mais à ce stade, aucun homme politique d’envergure, aucun président depuis 1990 à aujourd’hui n’a abordé le sujet dans le sens de l’intérêt général de la Côte d’Ivoire en vue de vider ce contentieux. Il faut qu’on vide ce contentieux. Il faut qu’on discute de cela pour qu’il ne reste pas un sujet tabou qu’on nous brandit à des fins électoralistes à l’approche des élections de 2020 », a-t-il conclu.

H. OULAÏ