Après la visite de Bédié à Bruxelles/ Me Habiba Touré: « Alassane Ouattara n’a pas encore sollicité une rencontre avec Gbagbo»

Politique
Publié le Source : Linfodrome
apres-la-visite-de-bedie-a-bruxelles-me-habiba-toure-alassane-ouattara-n-a-pas-sollicite-une-rencontre-avec-gbagbo Me Habiba Touré fait des précisions

Après Konan Bédié, peut-on envisager une rencontre  Gbagbo-Ouattara? Me Habiba Touré, avocate de Laurent Gbagbo a répondu à question de  France 24, ce mardi 30 juillet 2019.


« Alassane Ouattara n’a pas fait état, n’a pas demandé, n’a pas sollicité. Le président Laurent Gbagbo fait l’objet d’une mise en liberté conditionnelle avec une mobilité restreinte. Il ne peut pas se déplacer comme il le souhaiterait. Dans ce contexte, seul M. Ouattara peut prendre l’initiative de  venir voir le président Gbagbo. Pour l’instant, il ne l’a pas fait», a fait observer Me Habiba Touré.  
Par ailleurs, sur la rencontre avec Bédié, l’avocat de Gbgabo a souligné quil s'agit d'une rencontre fraternelle. «Ce qui s’est passé, ce sont des gestes posés au sens de la réconciliation. Le président Bédié s’inscrit un peu dans la pensée du président Gbagbo qui dit il faut s’asseoir et discuter. Ce n’est pas parce qu’on fait de la politique que nous sommes ennemis, nous sommes avant tout, des frères. C’est le message que les deux ont partagé», a-t-elle expliqué.

Y a-t-il une entente qui se construit contre le président ivoirien Alassane Ouattara ?  A cette interrogation, Me Touré a fait la réponse suivante: « Le président Laurent Gbagbo n’a jamais fait de la politique contre un individu. Il fait la politique pour le bien de tous les Ivoiriens et je pense que le président Bédié s’inscrit dans cette logique. Quand deux individus se rencontrent ce n’est forcément contre un troisième. C’est pas la logique du président Gbagbo. Il rencontre tout le monde, il discute avec tout le monde. Vous ne réconciliez pas les individus en les opposant. Ce n’est pas dans la logique de réconciliation de dire je vais rencontrer tel pour m’opposer à tel».

Jonas BAIKEH