En meeting à Dabou, Simone Gbagbo : « Nous irons à toutes les élections en 2020, que les militants du Fpi se tiennent prêts… »

Politique
Publié le Source : Soir info
en-meeting-a-dabou-simone-gbagbo-nous-irons-a-toutes-les-elections-en-2020-que-les-militants-du-fpi-se-tiennent-prets A entendre Simone Gbagbo, la réconciliation s'avère indispensable.

La 2e vice-présidente du « Parti de Gbagbo », Simone Ehivet Gbagbo, était l'hôte des populations de Dabou, le mardi 6 août 2019. Arrivée sous le coup de 10 h à la tête d'une très délégation des membres de son parti, du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) et des pro-Soro, conduits par le député Sess Soukou Mohamed, ancien maire de Dabou, elle s’est rendue à Mompoyem pour se recueillir sur la tombe de feu, le Pr Harris Memel Foté, membre fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi).

Au stade municipal où l'attendaient plus de 2 000 militants et sympathisants, l'ex-Première dame a parlé pendant plus d'une heure (14 h 20 à 15 h 35). Tous les points sensibles du paysage socio-politique de la Côte d'Ivoire ont été largement abordés. « Nous irons à toutes les élections en 2020. Que les militants du Fpi se tiennent prêts car nous n'allons pas participer pour participer, mais pour... gagner, de façon démocratique », a annoncé Simone Gbagbo.

Pour réaliser ce pari, elle a interpellé les tenants du pouvoir sur la réforme effective de la Commission électorale indépendante (Cei), la révision de la liste électorale, le découpage électoral et la problématique de la Carte nationale d'identité (Cei). Pour elle, ce sont des instruments qui peuvent favoriser des élections crédibles et transparentes. A l’entendre, la réconciliation s'avère indispensable. Pour y parvenir, selon elle, quatre conditions s'imposent. « La victime doit pardonner toutes les meurtrissures. Les bourreaux doivent reconnaître leur faute et demander sincèrement pardon. La restitution de tous les biens volés ou arrachés. Enfin, la réparation des préjudices physiques et moraux subis », a proposé la présidente de l’ex-groupe parlementaire Fpi au Parlement. Aussi a-t-elle demandé la libération des autres prisonniers et le retour de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé en Côte d'Ivoire. « Je remercie ceux qui ont signé pour ma libération. Mais je vous prie de faire en sorte que les autres soient libérés. Que Laurent Gbagbo et Blé Goudé reviennent en Côte d'Ivoire », a plaidé Simone Gbagbo qui a exhorté le peuple Adjoukrou à œuvrer pour la victoire du Fpi aux élections en 2020.

Selon les organisateurs, cette visite a un double sens : rendre hommage à l’illustre disparu dont le parcours politique coïncide avec celle de Simone Gbagbo et traduire la reconnaissance de l’épouse de Laurent Gbagbo au peuple Adjoukrou pour son soutien pendant son incarcération à Odienné. Car Memel Foté, emprisonné en 1959 par l'administration coloniale, a été libéré le 6 août. De même, incarcérée en 2011 après la crise post électorale, Simone Gbagbo a été libérée le 6 août 2018.

« Mon histoire et celle de Memel se recoupent. C'est un symbole », a fait savoir l’ex-députée d’Abobo.

Avant de regagner Abidjan, Mme Gbagbo s'est rendue à Débrimou où il a adressé ses remerciements aux populations.

 

Norbert NKAKA

(Correspondant régional)