Propos de Simone sur Gbagbo: Voici la réponse d'Assoa Adou, Le Sg du Fpi (Pro Gbagbo) est rentré à Abidjan

Politique
Publié le Source : L'inter
propos-de-simone-sur-gbagbo-voici-la-reponse-d-assoa-adou-le-sg-du-fpi-pro-gbagbo-est-rentre-a-abidjan Assoa Adou( en noir), en compagnie des militants du Fpi, à son arrivée, hier, à l'aéroport Félix Houphouët-Boignay d'Abidjan.

Après un séjour aux côtés de Laurent Gbagbo à Bruxelles, Assoa Adou, secrétaire général du Front populaire ivoirien (Fpi) proche de Laurent Gbagbo, est rentré hier, mardi 10 décembre 2019 de Bruxelles (Belgique). Il a été accueilli à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny, peu après 17 heures par de nombreux militants du Fpi dont l'ex-ministre Odette Likikouet Sauyet qui assurait son intérim, l'ex-ministre Sébastien Danon Djédjé, l'ancienne députée de Port-Bouët, Bamba Massany, le médecin personnel de l'ancien président, Dr Christophe Blé. Face à la presse, Assoa Adou s’est prononcé sur la récente sortie de l'ex-Première dame, Simone Gbagbo.

L'ancienne députée d'Abobo, au cours d'une rencontre des femmes de son parti le 30 novembre 2019, à Abidjan-Yopougon, a brisé un tabou, en osant remettre en question la ligne du «Gbagbo ou rien» défendue par la frange du Fpi restée fidèle à l’ancien président. « Nous devons suivre Laurent Gbagbo parce que nous partageons sa vision et non pour des raisons personnelles, car celles-ci sont fragiles. Dans le combat que nous menons, Gbagbo Laurent doit être le centre de nos revendications, parce qu’il est la tête qui nous représente. (…) S’il n’est pas là, notre vision est tuée. Mais notre vision, ce n’est pas Gbagbo Laurent. Notre vision, c’est la Côte d’Ivoire nouvelle. Le jour où Gbagbo Laurent ne sera plus là, notre vision ne doit pas mourir», avait-elle déclaré, suscitant une polémique au sein des militants.

Assoa Adou, qui selon des sources, a eu plusieurs séances de travail avec l'ancien président ivoirien, n'a pas été prolixe sur la question, laissant les militants quelque peu sur leur faim. «Je pense que vous ne devriez pas aller sur les réseaux sociaux raconter des choses. Ce n'est pas bon pour nous et ce n'est pas bon pour le pays. Un militant, tu es pondéré, tu es respectueux, tu vois l'essentiel du pays», a réagi Assoa Adou sans plus de détails.

Bien avant, l'ancien ministre de la Construction s'est dit «heureux» de fouler à nouveau le sol ivoirien après un séjour à Bruxelles. Il a profité de l'occasion pour faire savoir que l'ancien chef d’État ivoirien, actuellement en liberté conditionnelle dans la capitale belge, va «très bien». «Nous sommes dans les derniers moments de sa prise en otage. Mais, grâce à vous, il viendra nous retrouver pour que nous arrivions à conclure le travail que vous êtes en train de faire. (…) il vous encourage à continuer le même combat parce que la victoire est proche», a-t-il dit. A la question de savoir si le fondateur du Fpi a donné des consignes aux militants, Assoa Adou a souligné que les «consignes sont d'abord pour la direction du parti» qui, sans doute, se réunira avant de les rendre publiques.

Il faut rappeler que la procureure de la Cour pénale internationale (Cpi) a ouvert, lundi 16 septembre, un nouveau chapitre dans le procès intenté contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Fatou Bensouda a fait appel de la décision d'acquittement rendue le 15 janvier 2019, dénonçant des vices de procédure et demandant en conséquence l’annulation des acquittements prononcés en faveur de l’ex-chef d’État et de l’ancien chef des jeunes patriotes, et la relance du procès. Sur ce sujet, Assoa Adou semble serein. «La Cpi continue son travail avec les juges et les avocats. Nous aussi, on fait pour nous. Le président a toujours son moral très haut», a-t-il conclu.

 

Cyrille DJEDJED