Marche de l’Eglise Catholique : Doumbia Major invite le gouvernement à prendre des mesures d’interdiction

Publié le
marche-de-l-eglise-catholique-doumbia-major-invite-le-gouvernement-a-prendre-des-mesures-d-interdiction Doumbia Major invite le gouvernement à interdire la marche de l'Eglise Catholique
Politique

La marche de la paix de l’Eglise Catholique de Côte d’Ivoire prévue le 15 février 2020 risque de ne pas avoir lieu. Au lendemain de cette annonce, de vives voix, et non des moindres, s’élèvent pour contester cette décision du chef de l’Eglise Catholique. Aux nombres de celles-ci, figure l’inoxydable Doumbia major, ex-proche collaborateur de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro. Qui estime que le Cardinal Kutwa, se camoufle sous le slogan de "marche pour la paix" pour ouvrir une boîte de pandore à des marches politiques des communautés religieuses en Côte d’Ivoire. Ci-dessous l’intégralité de son message rendu public ce jeudi 23 janvier 2020, sur les réseaux sociaux :

Au nom de la séparation de l'église et de l'état et au nom du caractère laïc de notre République et pour éviter de faire sombrer notre pays dans une division ethno-religieuse, la marche sur fond de revendications politiques de Kutwa doit être interdite.

Le Vatican doit être saisi, pour l'informer des risques de faire sombrer notre pays dans une division ethno-religieuse que fait courir monsieur KUTWA à la Côte d'Ivoire, par ses prises de position politiques.

C'est dès les prémisses d'un discours dont on connaît les risques et conséquences prévisibles qu'on doit prévenir le mal. Cette marche politique dont les slogans ont déjà été donnés par la liste de revendications politique de KUTWA et camouflée sous le slogan trompeur de "marche pour la paix" risque d'ouvrir une boîte de pandore des marches politiques des communautés religieuses dans notre pays !

Nous avons en exemple, les massacres entre catholiques et protestants en Irlande du Nord.

Il ne faut pas ouvrir cette boîte de pandore dans notre pays, la foi se pratique dans les églises par à travers les manifestations politiques de rue.

Autant l'état ne doit jamais accepter une marche organisée par un groupe ethnique sur fond de revendications politiques, autant l'état ne soit jamais permettre une marche organisée par un groupe religieux.

 

N.B : Le titre et le chapeau sont de la rédaction