A huit mois de la présidentielle/ Simone Gbagbo : « Laurent Gbagbo est prêt à descendre dans l'arène...Il y en a qui ont peur.»

Politique
Publié le Modifié le Source : L'inter
a-huit-mois-de-la-presidentielle-simone-gbagbo-laurent-gbagbo-est-pret-a-descendre-dans-l-arene-il-y-en-a-qui-ont-peur L'ex-Première dame a invité les jeunes du Fpi à un maillage du terrain.

C'est une Simone Gbagbo particulièrement en verve qui a pris la parole, ce samedi 22 février 2020, à Marcory, à l'investiture des fédérations de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi pro-Gbagbo) d'Abidjan-sud.

Entre conseils aux fédérations investies et l'évocation du cas « Laurent Gbagbo », l'ex-Première dame a expliqué à son auditoire que la Côte d'Ivoire se trouvait à « un moment spécial » de son histoire. « Nous sommes, en ce moment-ci, au niveau du Front populaire ivoirien, comme au niveau de l'ensemble de la classe politique, à un moment spécial, à un moment particulier », a dit Simone Gbagbo, vice-présidente du Fpi.

« Après les dix ans- je dirai même les vingt ans de crise- que nous avons vécus, nous avons tiré des leçons. Nous acquis de l'expérience. Nous nous sommes rendus compte que l'objectif, ce ne sont pas les pleurs, ce n'est pas la vengeance, ce n'est pas la récupération de tout ce que nous avons perdu. L'objectif final, c'est l'édification de la nouvelle Côte d'Ivoire », a martelé l'ex-députée d'Abobo. « 2020 doit être une année de restauration de la Côte d'Ivoire », a encore déclaré l'ex-Première dame.

Elle a assuré que son parti, traversé par une crise mais en pleine négociation de son unité, prendrait part aux échéances électorales. « Le Fpi arrive aux élections. En 2020, on doit arriver aux élections comme la mer envahit les plages », a affirmé l'ex-présidente du groupe parlementaire Fpi.

Donnant des nouvelles de son époux, l'ex-chef d’État et fondateur du Fpi, Simone Gbagbo a fait savoir qu'il se portait « très bien ». « Le président Laurent Gbagbo se porte très bien. Il suit tout ce qui se fait ici. Et en ce moment-ci, il attend que ses troupes, que la jeunesse ivoirienne se lance véritablement dans l'organisation, dans la prise en charge des élections à venir, aussi bien les présidentielles, que les élections locales, toutes les élections », s'est exprimée la responsable politique.

Elle a estimé que la procédure judiciaire s'appliquant à Laurent Gbagbo était terminée et qu'il restait à ceux qui ont mis l'ancien président « dans une cage » à « gérer leur honte ». « Sinon, il va bien. Il a bon moral. Il nous regarde. Il est prêt à descendre dans l'arène. C'est ça qui fait peur. Il y en a qui ont peur. Que Dieu nous délivre de la peur ! », a dit Simone Gbagbo, invitant son auditoire à la prière.

Aux jeunes du Fpi, elle a demandé de procéder à un « maillage » du terrain, « redynamiser » les comités de base, et « redonner du muscle » à ceux qui sont affaiblis. « En même temps que vous savourez votre joie, je vous amène à mesurer l'ampleur des responsabilités qui vous attendent en cette année électorale », a énoncé la vice-présidente du Fpi. Elle a, par ailleurs, exhorté les responsables investis à savoir pratiquer la délégation. De même, elle a invité à développer « l'esprit de complémentarité » et « de solidarité ».

Le secrétaire national chargé de la jeunesse, Nestor Dahi, avait demandé aux jeunes de s'inscrire dans la bataille pour le retour du Fpi au pouvoir. « 2020 est l'année de la reconquête du pouvoir d’État. En 2020, on doit arracher le pouvoir pour le remettre au président Laurent Gbagbo. La résistance est terminée. Nous sommes dans l'année de la bataille », a mentionné Nestor Dahi.

 

Kisselminan COULIBALY