Les dessous de la décision du chef de l’Etat

Politique
Publié le Source : L'inter
les-dessous-de-la-decision-du-chef-de-letat

Le vent de remaniement qui soufflait depuis quelques temps sur le second gouvernement du régime Ouattara a finalement eu raison de l’équipe du Premier ministre Jeannot Kouadio-Ahoussou.

De façon brusque et presqu’inattendue le mercredi 14 novembre dernier, le chef de l’Etat a dissous le gouvernement au cours d’un Conseil de ministres qui n’aura duré que trois (3) minutes. Que s’est-il passé ? Pourquoi le chef de l’Etat s’est-il aussi précipité pour mettre fin aux fonctions des membres du gouvernement ? Autant de questions qui ouvrent un boulevard de commentaires et autre supputations sur la décision du chef de l’Etat. La raison officielle évoquée par le secrétaire général de la Présidence, Amadou Gon Coulibaly, c’est que le N°1 ivoirien, n’a pas apprécié le manque de solidarité dont ont fait preuve les alliés du Rhdp, notamment le Pdci et l’Udpci, en se montrant opposés à certains points du projet de loi portant sur le mariage tel que conçu par le gouvernement ivoirien.

Le président de la République s’explique mal en effet que l’alliance RHDP fonctionne bien au gouvernement et qu’il n’en soit pas de même au sein du Parlement. La tournure qu’ont pris les choses au sein de l’hémicycle, avec des propos injurieux entre députés, des émissaires du gouvernement, dont les ministres Mato Loma Cissé, Raymonde Goudou et surtout le secrétaire général du RDR Amadou Gon qui a été hué par les députés, aurait ajouté à la colère du chef de l’Etat. Mais selon des sources officieuses, ce clash au Parlement a été une aubaine pour le président de la République de se débarrasser de certains ministres qui n’entreraient plus dans son schéma de gouvernance. Il avait déjà une idée de remaniement en tête pour recadrer les choses quand cette mésentente entre les alliés est intervenue à l’hémicycle. Le chef de l’Etat, toujours selon nos sources, n’a d’ailleurs pas caché sa colère face aux membres du gouvernement au cours du Conseil des ministres de la semaine dernière.

Pendant trois (3) heures d’horloge, Alassane Ouattara a dit son mécontentement et menacé de se débarrasser de certains ministres, si ceux-ci n’entrent pas dans les rangs. Un Conseil où, dit-on, les yeux ont rougi, et qui semblait annoncer la fin intervenue le mercredi dernier. La dissolution vient donc pour montrer aux alliés qu’il demeure le seul chef à bord, même s’il a annoncé qu’il ‘’ gouvernerait sous l’autorité de son aîné Bédié ‘’. Alassane Ouattara affiche là une volonté de s’affranchir et démontre ainsi que c’est lui le président élu, quoique l’alliance l’y ait aidé. Par ailleurs, le principe d’ouverture du gouvernement avec l’entrée de l’opposition, exigée par la communauté internationale, ainsi que la promotion du genre, pourrait également expliquer cette dissolution. Ouattara y a tout à gagner. Non seulement il pourra raffermir son autorité et recadrer comme il le souhaite l’alliance qui le lie aux autres partis du RHDP, mais également il polit son image en se présentant comme le défenseur de la gente féminine. Pour l’heure, il a mis tout le monde dans l’expectative en s’envolant pour l’Italie, le temps que chacun fasse sa mue et le lobbying nécessaire pour figurer dans le prochain gouvernement.

Hamadou ZIAO