Adresse du président de la République sur l’état de la Nation/ Kouakou Kra (Vice-président du Fpi) : « Ce que nous attendons de Ouattara »

Publié le Modifié le
adresse-du-president-de-la-republique-sur-l-etat-de-la-nation-kouakou-kra-vice-president-du-fpi-ce-que-nous-attendons-de-ouattara « Tout part des intentions du chef de l’État... », dit M. Kra.
Politique

A quelques heures de la réunion du Congrès, à Yamoussoukro, capitale politique, les attentes vis-à-vis du discours du chef de l’État, se font jour. Kouakou Kra, vice-président du Front populaire ivoirien (Fpi) chargé des questions électorales, souhaite un « discours apaisant » du numéro 1 ivoirien.

« Nous attendons de lui un discours apaisant, qu'il sorte de la logique partisane, d'un chef de l’État président du Rhdp, pour se préoccuper de l'ensemble des Ivoiriens. L'opposition est une partie de la population. Le parti au pouvoir également. Ce qu'on attend du président, c'est de tenir compte des préoccupations des uns et des autres, en fait, de toutes les parties », a laissé entendre M. Kra interrogé par téléphone. Il a averti contre toute velléité de « tripatouillage » de la Constitution.

« Tout part des intentions du chef de l’État eu égard à ses déclarations antérieures qui laissent penser qu'il veut modifier la Constitution à sa guise. S'il s'agit d'utiliser le Congrès pour faire un tripatouillage, l'opposition ne l'acceptera pas. S'il s'agit de rassembler les Ivoiriens, les apaiser, cela peut se comprendre », a fait valoir Kouakou Kra, ancien député de Nassian.

Ce jeudi 5 mars, au pied de la Basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro, les députés et les sénateurs seront réunis en Congrès avec pour seul point à l’ordre du jour : l'«adresse du président de la République sur l’état de la Nation au Parlement».

C'est une procédure conforme aux dispositions de la Constitution du 8 novembre 2016 qui stipule, en son chapitre II relatif à la communication entre l’exécutif et le législatif, spécifiquement à l’article 114 : « chaque année, le président de la République adresse un message sur l’état de la Nation au Parlement réuni en Congrès. Ce message peut être lu par le Vice-président de la République. Le message du président de la République ne donne lieu à aucun débat».

Dans la foulée de cette grande réunion du Parlement, les deux chambres (Assemblée nationale et Sénat) devraient plancher sur le projet du nouveau code électoral, et sur le projet de réforme de la Constitution. Le processus est censé s'achever fin mars 2020.

 

Kisselminan COULIBALY