À quelques mois de la présidentielle: Quelque chose se prépare contre Mabri dans le Tonkpi

Publié le Modifié le
a-quelques-mois-de-la-presidentielle-quelque-chose-se-prepare-contre-mabri-dans-le-tonkpi Mabri Toikeusse pourrait être chassé des postes qui font de lui le leader de la région du Tonkpi au Rhdp. (Ph: DR)
Politique

Si tout le chronogramme pour la présidentielle de 2020 reste en l'état, malgré la crise sanitaire liée au Coronavirus, le 31 octobre, les Ivoiriens iront voter un nouveau président de la République.

Dans la famille du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), ce n'est plus la grande sérénité, depuis que Albert Toikeusse Mabri, président du Conseil régional du Tonkpi et Coordonnateur régional du parti unifié, a décidé de s'opposer. De fait, le 12 mars 2020, à Cocody, le président de l'Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d'Ivoire (Udpci), deuxième vice-président du Rhdp, a élevé une protestation contre le choix d'Amadou Gon Coulibaly comme candidat du parti présidentiel. Il a souligné publiquement et en présence d'Alassane Ouattara, le chef de l'État et président de ce parti, qu'il fallait privilégier la discussion avant de prendre une décision définitive.

Depuis, Albert Toikeusse Mabri est devenu le nouvel homme à abattre. Il essuie des attaques, des invectives de la part de ses camarades de l'Udpci ayant fait le choix d'Amadou Gon Coulibaly. Mardi 15 avril, dans l'après-midi, au siège du défunt Rassemblement des républicains (Rdr), à Cocody Rue Lepic, Albert Flindé, Ouréga Bernard, Yao Kouadio, tous vice-présidents de l'Udpci démis par Mabri, et d'autres cadres ont encore interpellé le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l'invitant à clarifier définitivement sa position vis-à-vis d'Amadou Gon Coulibaly et du Rhdp.
Une perche que n'a pas encore saisie officiellement Mabri Toikeusse. Le vendredi 10 avril, il a fait de nouvelles nominations au sein de la direction de l'Udpci. Comme pour donner une réponse politique à ses contradicteurs.

Au cours de leur conférence de presse, mardi, Albert Flindé, principalement, a soufflé que des choses se préparaient contre le président de l'Udpci. D'abord, il a confié à la presse, que Mabri est seul. « Ceux qui sont dans la maison disent qu'ils y sont en attendant… », a laissé entendre Albert Flindé, assurant que Mabri sera lâché. Déjà, à l'écouter, un lobbying interne aurait permis d'amener des militants Rhdp issus de l'Udpci à se déterminer en optant pour le candidat désigné du parti unifié. En fait, un travail de nettoyage est en train de s'opérer autour de lui.

En outre, pour le Conseiller du Premier ministre, Albert Flindé, s'il s'avère que Mabri Toikeusse rejoignait les rangs, il se mettrait à sa disposition pour travailler qu'à quelques conditions. « Ça dépend du positionnement que le président de la République va lui donner. S'il est en haut, je travaillerai sous sa coupole. S'il est à côté, nous travaillerons ensemble », a-t-il soutenu. Mais pour ce qui concerne la région du Tonkpi, les opposants à Albert Toikeusse Mabri sont clairs. « Dans le Tonkpi, nous sommes prêts à toute éventualité. On est en train de s'organiser au niveau du Tonkpi », a dit Albert Flindé. De quel travail parle l'ancien ministre de l'Enseignement technique et de la formation professionnelle ?

Pour rappel, Mabri Toikeusse est le coordonnateur régional du Rhdp du Tonkpi et président du Conseil régional. Doit-il craindre pour ses postes dans la région et au gouvernement ? En tout cas, pour « les cadres Rhdp issus de l'Udpci », « dans le Tonkpi qu'il considère comme sa propriété, on travaille pour ne même pas qu'on sente qu'il est parti ». Un véritable travail de sape est en cours et pourrait aboutir à une chute brutale du successeur de feu Guéï Robert à la tête de l'Udpci, présenté comme le leader de la région du Tonkpi par certains observateurs de la scène politique. Un grand défi vient donc d'être lancé à Albert Toikeusse Mabri qui, jusque-là, n'a pas encore dit qu'il affrontera Amadou Gon Coulibaly, le candidat désigné du Rhdp, à la prochaine présidentielle.

Hervé KPODION