Côte d'Ivoire

Un Collectif de cadres pro-Mabri recadre Flindé : « La politique est tout sauf ce à quoi vous vous adonnez au quotidien »

Publié le
un-collectif-de-cadres-pro-mabri-recadre-flinde-la-politique-est-tout-sauf-ce-a-quoi-vous-vous-adonnez-au-quotidien Mabri Toikeusse (ici) a bénéficié du soutien d’un Collectif de cadres dans son opposition avec Albert Flindé. (Ph. d’archives)
Politique

C'est une réaction du berger à la bergère. Le « Collectif de cadres pro-Mabri » a produit une déclaration datée du mercredi 15 avril 2020, dans laquelle, il répond à Albert Flindé, cadre de la même région, opposé farouchement à Albert Toikeusse Mabri. Dans ce texte signé du Secrétaire général de ce Collectif, Félix Gondo, ces cadres ont recadré le désormais adversaire du Coordonnateur régional du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) dans le Tonkpi.

« Ainsi, votre dernière sortie contre des illustres cadres de Rhdp démontre-t-elle à souhait, votre volonté de nuire à l’émergence de la démocratie dans notre région », a écrit Félix Gondo. Parlant de la désignation du candidat du Rhdp à la présidentielle d'octobre 2020, ces cadres ont estimé que « le mode opératoire de cette désignation n’ayant pas rencontré l’assentiment de tous, plusieurs hautes personnalités du parti ont réagi pour dénoncer ce qu’on pourrait appeler un passage en force, au mépris de la démocratie ». Ainsi, pour eux, deux motifs irréfutables « légitimement » permettent de comprendre ces attaques qui seraient récurrentes au sein du parti au pouvoir. Ils ont dénoncé un « déficit de démocratie : nul n’ignore que la démocratie sous-entend la prise en compte de tous les avis, pour retenir l’option de la majorité qui s’impose à l’acceptation de tous. Mais lorsqu’elle (l’option de la majorité) a été ignorée, comme on le voit, la frustration qui en découle provoque irrémédiablement la contestation ». Puis, « l’étouffement des ambitions : la participation à la vie de tout parti politique exige d’inlassables contributions de la part des militants mais qui suscite naturellement en eux des ambitions. Cependant, toute idée d’empêcher l’émergence de ces ambitions peut forcement engendrer la même contestation ».

« Au regard de ce qui précède, vous devez logiquement en déduire que l’absence de la démocratie suscite toujours l’affaiblissement de l’autorité établie au détriment de toute organisation humaine. Au demeurant, ces réactions comme des cris du cœur exprimés par des enfants insatisfaits de la décision de leur père, ont transformé monsieur Albert Flindé en répondeur automatique qui, à la limite, gêne de façon affreuse toute possibilité de dialogue entre les enfants et leur père. Quelle démagogie ! En plus, vos nombreuses et intempestives déclarations dans la presse nationale, comme pour livrer vos camarades à la vindicte populaire, sont autant de faits qui appellent de notre part, des interrogations et des réactions vous invitant à la raison », ont-ils déclaré.

Attaques contre-productives

Non sans marteler : « ainsi, exiger par presse interposée des responsables politiques de clarifier leurs positions dénote-t-il d'une cabale puante contre d’innocentes personnes par laquelle vous mettez à mal la liberté que la démocratie offre à tous. Mieux, comme un despote lorsque vous contraignez des responsables à opérer un choix qui n’est certainement pas le leur, vous participez alors au recul de la démocratie, toute chose qui nous conduit vers une société où règnent le non droit et la raison du plus fort. Comme on le constate, une telle approche qui s’apparente à la dictature pure et dure, ne saurait encourager des débats contradictoires et démocratiques à même de promouvoir la justice et l’équité. A cette allure, quel avenir peut-on être en droit d’espérer pour la Côte d’Ivoire qui a souscrit au prix d’immenses sacrifices, au multipartisme depuis 1990 ? ».

Ces cadres qui revendiquent leurs accointances avec Mabri Toikeusse ont répondu aux « graves accusations à l’encontre des honnêtes citoyens et proches collaborateurs du président Mabri ». Pour eux, cela s'apparente à « une volonté de leur faire subir l’ostracisme ». « Sinon, vous n’ignorez pas les règles de bien séances propres à tout parti politique, qui consistent pour les responsables et les membres à se retrouver autour d’une table en vue des concertations pour la prise des décisions consensuelles », ont-ils soutenu, rappelant les valeurs de dialogue prônées par Félix Houphouët-Boigny. « C’est pourquoi, en cette période préélectorale, toutes ces remises en cause que vous entreprenez de manière ostentatoire et au mépris des procédures internes à notre parti politique ne sont que de cyniques initiatives qui visent un seul objectif, à savoir la conquête d’un hypothétique poste ministériel dont vous n’avez cesser de rêver », ont-ils dit. « Mais cher monsieur, pour votre gouverne, sachez tout simplement que les hautes et intègres personnalités dont vous exhibez les noms comme avec zèle, ont une vision qui inspire la crainte de Dieu. Enfin, votre technique machiavélique qui consiste en de subtils chantages visant des honnêtes responsables politiques proches du président Mabri, n’émeut pas ceux dont vous convoitez sournoisement les récompenses », ont-ils asséné. Non sans conseiller à Albert Flindé et à ses camarades « de changer de tempo, car le disque est rayé et par conséquent, ne saurait davantage attentionner ni attendrir les esprits les plus naïfs ». À les lire, les sorties des cadres du Rhdp issus de l'Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d'Ivoire (Udpci) sont « rétrogrades » et « contre-productives ». Et de présenter Albert Flindé comme « un abonné aux cuisantes défaites lors de nombreuses joutes électorales dans le Tonkpi, à l’image d’un joueur qui « tape toujours poteaux » ».

En outre, ils ont affirmé que l'ancien ministre de l'Enseignement technique et de la formation professionnelle remue ciel et terre pour être le Directeur régional de campagne du candidat du Rhdp dans le Tonkpi. « Face à vos attitudes qui ne laissent personne indifférent mais qui, non plus, ne rassurent personne, nous, membres du groupe de cadres pro-Mabri, voulons vous dire dès cet instant, que la politique est tout sauf ce à quoi vous vous adonnez au quotidien dans notre pauvre région ; voulons vous dire dès cet instant, que la démocratie participative est faite d’acceptation d’avis divers et contradictoires, dans la paix et dans l’union ; voulons vous dire dès maintenant, que la haine et la calomnie ne sauraient faire d’un politicien, un leader au service du rassemblement ; voulons vous dire dès cet instant, que l’ambition ne saurait vous faire perdre de vue la portée humaine de l’union, car « on n’attire jamais la mouche avec du vinaigre », dit-on », a signé Félix Gondo, au nom de ces cadres proches de Mabri Toikeusse, avant de lancer « un appel urgent et fraternel » à Albert Flindé, lui demandant de se mettre « au service de la démocratie et du vivre ensemble en Côte d’Ivoire et particulièrement dans notre région du Tonkpi ».

 

Hervé KPODION