Arrestation du secrétaire général de Eds : Bédié prend position, ce qu’il dit du pouvoir Rhdp

Publié le Modifié le
arrestation-du-secretaire-general-de-eds-bedie-prend-position-ce-qu-il-dit-du-pouvoir-rhdp La plateforme de Bédié dénonce la caporalisation et l’instrumentalisation de la justice et des médias d’Etat
Politique

L’arrestation d’Etienne Daïpo M’Ponon, Secrétaire général et secrétaire du Comité Opérationnel de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds), continue de faire grand bruit au sein de la classe politique ivoirienne, notamment, l’opposition qui condamne avec la dernière énergie cet acte qu’il qualifie d’antidémocratique. Dans une déclaration dont nous avons reçu copie, la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp), plateforme pilotée par Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) dénonce et condamne l’arrestation d’Etienne Daïpo M’Ponon. Et invite le pouvoir d’Abidjan à faire preuve de responsabilité en libérant Etienne Daïpo M’PONON, sans délai. Ci-dessous l’intégralité du message :

Déclaration de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp) relative à l’arrestation du secrétaire général de la plateforme ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds)

La Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) a appris, avec indignation, l’arrestation puis le placement sous mandat de dépôt le 18 mai 2020 de Monsieur Etienne Daïpo M’PONON, Secrétaire Général et Secrétaire du Comité Opérationnel de la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), pour les chefs d’accusation suivants : « atteinte à la défense nationale, troubles à l’ordre public, diffamation, outrage, diffusion de fausses nouvelles »

Cette incarcération, dans des conditions illégales, viole de façon flagrante les dispositions de notre Constitution, notamment les articles 5 et 7.

En Avril 2020, la CDRP et ses alliés avaient, à l’occasion du procès expéditif et de la condamnation de M. Soro Kigbafori Guillaume, dénoncé les dérives dictatoriales du pouvoir RDR-RHDP par l’instrumentalisation de la justice dans le but d’éliminer certains de ses adversaires politiques.

L’arrestation de M. Etienne Daïpo M’PONON et les circonstances dans lesquelles celle-ci a été opérée confirme, malheureusement, la volonté du pouvoir RDR-RHDP de fausser les règles du jeu démocratique en muselant l’opposition à travers l’instauration d’un climat de terreur et des entraves à la liberté d’expression afin de museler l’opposition.

Aussi, la CDRP exprime-t-elle son soutien à EDS et son engagement à lutter à ses côtés, pour obtenir la libération de son Secrétaire Général, injustement incarcéré.

La CDRP exprime sa compassion à la famille biologique de M. Etienne Daïpo M’PONON.

La CDRP rappelle à l’opinion nationale et internationale qu’elle a toujours prôné le dialogue comme moyen de résolution des différends et qu’elle s’est toujours engagée dans cette voie avec l’ensemble de ses partenaires dans l’examen de nombreux dossiers socio-politiques et économiques.

La CDRP, malheureusement, constate avec regret, que le pouvoir RDR-RHDP entretient un comportement belliqueux et méprisant, à l’égard des recommandations et autres interpellations faites par l’opposition significative, dans le seul et unique objectif de braquer la prochaine élection présidentielle.

La CDRP dénonce et condamne cette attitude et ces dérives autocratiques qui en découlent, notamment :

✓ la caporalisation et l’instrumentalisation de la justice et des médias d’Etat

✓ les poursuites, les arrestations et les condamnations systématiques et arbitraires des dirigeants de l’opposition ;

✓ la mise en place de structures parallèles illégales telle celle de l’ancien site de l’ONUCI à l’hôtel Sébroko, pour des détentions au secret.

La CDRP invite le pouvoir RDR-RHDP et le Gouvernement à faire preuve de responsabilité en :

1) libérant M. Etienne Daïpo M’PONON, sans délai ;

2) libérant tous les prisonniers politiques et militaires ;

3) prenant des dispositions en vue de mettre fin aux poursuites et aux tracasseries à l'encontre de personnalités politiques de l’opposition ;

3) prenant, de manière urgente, des dispositions susceptibles de favoriser la décrispation de l'environnement socio politique.

Enfin la CDRP demande à l'ensemble des Partis politiques de l'opposition, aux organisations de la société civile et au peuple de Côte D'ivoire épris de justice, de soutenir cette déclaration en vue de la libération, sans délai, de M. Etienne Daïpo M’PONON.

Fait à Abidjan le 24 mai 2020

Pour la CDRP

M. Henri KONAN BÉDIÉ

P.O. Le Président du RPPP

OUATTARA Gnonzié

N.B: Le titre et le chapeau sont de la rédaction