Côte d'Ivoire:

Un homme de Dieu critique l’œuvre de Yodé et Siro ; Simone Gbagbo citée

Publié le
un-homme-de-dieu-critique-l-oeuvre-de-yode-et-siro-simone-gbagbo-citee Yodé et Siro présentés comme des prophètes des temps modernes. (Ph: DR)
Politique

L’œuvre de Yodé et Siro continue de faire l’objet de nombreuses critiques. Dans cette contribution, c’est le Père Donald Zagoré, de la Société des missions africaine (SMA) qui présente ces deux artistes comme des prophètes des temps modernes.

Le zouglou est un art prophétique. Il a le mérite de porter en son être la fatidique mission d’être la voix des sans voix, de mener le combat pour l’avènement d’une société plus juste, plus équitable et plus responsable. On ne peut pas être praticien du zouglou sans être des hommes et des femmes engagés, sans être des prophètes. Ce serait trahir gravement cet art. Si nous n’avons pas cette dynamique en vue, il nous sera difficile de comprendre et d’apprécier l’engagement des zouglou-man en général et plus spécialement de ceux qui défraient l’actualité du moment : Yodé et Siro.

Comme hier avec la fameuse chanson « le peuple te regarde », ces deux grands de la musique ivoirienne continue de porter avec brio leur vocation de prophète en interpellant les consciences aujourd’hui avec le fameux titre : « mon président on dit quoi ». Loin d’être une attaque, c’est un cri de souffrance qui certes à sa raison d’être, mais en même temps n’annihile pas tous les efforts consentis par le pouvoir en place afin de jouer sa partition dans l’avènement d’une Côte d’Ivoire nouvelle.

Il faut le reconnaitre, quand bien même beaucoup reste à faire, des efforts énormes ont été faits comme la libération de Mme Simone Gbagbo. Un acte émanant d’une volonté politique ferme de faire un pas décisif vers un environnement politique beaucoup plus apaisé en Côte d’Ivoire. Nous espérons tout simplement que ce cri de souffrance de ces deux artistes finira par porter des fruits majeurs pour le grand bonheur de ceux et celles qui ne peuvent pas faire entendre leurs voix et qui souffrent dans le silence.

Au-delà tout, ces adeptes du zouglou, ces prophètes des temps modernes, donnent une leçon à tous ceux et toutes celles qui pour un oui ou pour un non se donnent des titres gonflants et ronflants de prophète, de prophétesse parce qu’ils arrivent tout simplement à arnaquer spirituellement leurs fidèles avec des soi-disant révélations de succès, de mariage, de travail, de voyage qui en effet restent fondamentalement de simples espérances futiles, conçues pour nourrir la spiritualité du ventre. Hélas ! N’est pas prophète qui le veut. Le prophétisme est vocation. C’est la capacité à défendre la vérité et la justice au péril même de sa vie. On ne devient pas prophète en amadouant les consciences avec des mensonges, mais en se sacrifiant pour la vérité et la justice.

P. Donald ZAGORE, SMA