Côte d'Ivoire

Adama Bictogo à propos de Duncan, Amon-Tanoh après leur départ : « Ils n’avaient aucune influence politique »

Politique
Publié le Source : Linfodrome
adama-bictogo-a-propos-de-duncan-amon-tanoh-apres-leur-depart-ils-n-avaient-aucune-influence-politique Adama Bictogo, secrétaire exécutif du RHDP

Le secrétaire exécutif du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Adama Bictogo, s’est exprimé, ce dimanche 19 juillet 2020, sur les démissions ou départs de certaines personnalités, à savoir le vice-président Daniel Kablan Duncan, l’ex-ministre des Affaires Etrangères, Marcel Amon-Tanoh, et du président de l’UDPCI, Albert Mabri Toikeusse.

Le secrétaire exécutif du RHDP, Adama Bictogo, n’a certes pas encore fini de faire le deuil du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, mais s’est exprimé, ce dimanche 19 juillet 2020, sur les départs du vice-président, Daniel Kablan Duncan, l’ex-ministre des Affaires Etrangères, Marcel Amon-Tanoh et du président de l’UDPCI, Albert Mabri Toikeusse. C’était au de l’émission de TV5 Monde « Et si…vous me disiez toute la vérité », animée par la journaliste Denise Epoté.

Le Secrétaire exécutif du RHDP a donné des assurances à la journaliste sur la cohésion au sein de son parti, en dépit des différents départs de certaines personnalités. « Mme, je voudrais dire d’abord que le parti n’a pas connu de division. Il y a eu quelques singularités, quelques personnalités qui, à la vérité, n’influencent pas du tout le RHDP. Et je pourrais vous les citer nommément parce que par nature, j’aime pouvoir dire les choses telles qu’elles sont », s’est-il adressé à Denise Epoté.

Adama Bictogo a d’abord parlé de la démission de Duncan. « Le dernier en date qui part, le vice-président Daniel Kablan Duncan, c’est vrai, nous avons du respect pour l’homme, pour le grand serviteur de l’Etat. Il était certes vice-président au plan institutionnel, mais au plan politique, il n’avait aucune influence sur le RHDP. Vous savez, cette machine qu’est le RHDP, c’est un parcours de longue date. Donc la notoriété politique du vice-président n’influence pas du tout le RHDP ».

Et Marcel Amon-Tanoh ? « Il en est de même de l’ex-ministre des Affaires Etrangères, Amon Tanoh. C’est certes des personnalités au plan institutionnel, mais qui n’avaient aucune influence politique. Donc leur départ, à la vérité, n’est pas une division. Ça n’a créé aucune saignée et ça n’a remis en cause, nulle part, les fondamentaux de notre parti ».

En ce qui concerne le président de l’UDPCI, Bictogo a fait savoir que Mabri Toikeusse est un élu. « Mais il a toujours été un élu qui représente 1% de l’électorat », a-t-il, avant de souligner que « les fondamentaux et la machine RHDP demeurent. Et c’est une machine qui reste forte ».

Selon le secrétaire exécutif du RHDP, toutes ces personnalités avaient des agendas cachés. « Il y a que des gens avaient des ambitions et qui n’ont pas accepté que le choix de la majorité du parti soit porté sur la personne d’Amadou Gon Coulibaly. Ils avaient donc des agendas cachés. Ils n’ont pas eu le courage d’affronter Amadou Gon Coulibaly. Ils ont donc décidé de s’en aller parce qu’à la vérité, ils n’avaient aucune assise dans le parti. Le seul choix qui leur restait, devant leur incapacité à s’exprimer, c’était de partir ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.