Bonoua/ Marche de protestation: Les populations encadrées par la police

Publié le Modifié le
bonoua-marche-de-protestation-les-populations-encadrees-par-la-police Les manifestants protestent librement à Bonou.
Politique

Contrairement à la marche des femmes d'Abidjan et de certaines villes de l'intérieur, contre le 3ème mandat d'Alassane Ouattara, celle de la ville de Bonoua est la plus privilégiée. Dans cette localité de la région du Sud-Comoé, la marche a été encadrée par les forces de l'ordre. Un comportement apprécié par les populations.

Plusieurs marches de protestation contre la volonté du président Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat se déroulent dans plusieurs villes de la Côte d'Ivoire. À Abidjan et dans certaines villes où les manifestations se déroulent, les forces de l'ordre ivoirienne font de leur mieux pour empêcher les marches. Mais à Bonoua, l'atmosphère est très différente. Les populations protestent sans même être inquiétées par les forces de l'ordre. Bien au contraire, ces derniers sont encadrés par ces flics. L'on n'assiste pas à une chasse à l'homme. Les manifestants font entendre librement leur mécontentement face à la volonté d'Alassane Ouattara de se maintenir au pouvoir.

Pour des manifestants, il ne pouvait en être autrement. Puisque lors des dernières marches de protestation concernant ce même sujet, cette ville a été le théâtre d'un drame. Ils ont enregistré des blessés dans leur camp et un manifestant âgé de 18 ans y a perdu la vie par la faute des corps habillés. L'irréparable a failli coûter la vie au commissaire de police de ladite ville. Ce cadre de la police a failli être lynché par les marcheurs fort heureusement que certains protestants l'on permis de se réfugier chez le Roi.  A Bonoua, la police a intérêt à nous encadrer. Nous voulons juste nous faire entendre. », a estimé un manifestant aux mains nues.

Face à ce constat, ne pouvons nous pas déduire qu'il y a deux poids deux (2) mesures. Alors que les forces de l'ordre interdissent les marches de protestation et essaient de dissuader les marcheurs à Abidjan, A Bonoua la marche est encadrée.

 

Mélèdje Tresore