Côte d'Ivoire

Marcel Amon-Tanoh fait des révélations sur les raisons de sa démission, 5 mois après son départ du gouvernement

Publié le Modifié le
marcel-amon-tanoh-fait-des-revelations-sur-les-raisons-de-sa-demission-5-mois-apres-son-depart-du-gouvernement Marcel Amon-Tanoh, candidat à la présidentielle d'octobre 2020
Politique

Dans un entretien qu’il a accordé à Jeune Afrique, le jeudi 03 septembre 2020, l'ancien ministre des Affaires Etrangères, Marcel Amon-Tanoh, s'est un peu confié sur son différend avec le président Ouattara, qui a entrainé sa démission du gouvernement.

Pour le premier cité, des « divergences de valeurs » l’ont éloigné du parti au pouvoir. Et la désignation non consensuelle de l’ex-candidat du parti, à savoir le défunt Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, a été la preuve que le RHDP s’écartait des bonnes pratiques. « Le Rhdp aurait gagné à avoir un processus inclusif et démocratique. Les primaires étaient une évidence. C’est parce qu’il n’y en a pas eu que j’ai dit que je ne m'impliquerai pas dans le processus. (…) Ce n’est pas seulement pour cela. J’avais des divergences de fonds, de valeurs. Je m’étais engagé auprès d’un homme, Alassane Ouattara. Aujourd'hui, il sait pourquoi je me suis retiré. Quand je vois l'évolution de la situation en Côte d’Ivoire je suis content de l'avoir fait », a fait savoir l’ex-chef de la diplomatie ivoirienne. Qui a toutefois assuré de ce que ses réserves à la désignation du candidat du parti au pouvoir, n’avaient rien de personnel mais s’inscrivaient dans une démarche démocratique et consensuelle. « Je n’ai jamais eu de problème avec ce choix, mais avec le processus. J’avais des rapports très chaleureux avec Amadou. Je l'aimais beaucoup », a précisé le natif d’Eboué.

D’Alassane Ouattara, président du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) dont il a longtemps été un proche collaborateur, Marcel Amon-Tanoh a également fait savoir qu’il entretient des relations « très bonnes ». « Je l’ai vu une fois depuis ma démission. Nous sommes en contact. Je lui ai dit que j'étais ouvert et qu’à tout moment, s’il a besoin de consulter ou de me dire quelque chose je répondrai positivement. Nous avons un différend, mais nous ne sommes pas fâchés », a révélé Marcel Amon-Tanoh qui a laissé entendre qu’il ne se positionne pas pour autant comme un acteur de l'opposition politique ivoirienne.

Pour ce qui est de son entrée dans l’arène politique et son ambition présidentielle en particulier, il a affirmé sa volonté de mettre son expérience au service de la Côte d’Ivoire. « Je suis en politique depuis 40 ans. J’ai servi sous plusieurs régimes, acquis une certaine expérience. Je considère que je peux servir mon pays au plus haut niveau. Tout le monde a le droit de vouloir diriger son pays s’il considère qu'il a quelque chose à apporter », a-t-il fait remarquer.

Il a d'ailleurs énuméré au nombre des priorités de son projet gouvernemental, la réconciliation nationale, le social, la répartition des richesses, l'accès à l’éducation etc...

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.