Présidentielle 2020 : Voici pourquoi Soro Guillaume et Laurent Gbagbo n'ont pas été retenus

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
presidentielle-2020-voici-pourquoi-soro-guillaume-et-laurent-gbagbo-n-ont-pas-ete-retenus Les candidatures de Laurent Gbagbo et de Soro Guillaume à la présidentielle d’octobre 2020 ont été rejetées pour des raisons diverses.

Le verdict très attendu du Conseil constitutionnel vient de tomber ce lundi 14 septembre 2020 à Abidjan-Plateau. Les candidats à la présidentielle d’octobre 2020, Soro Guillaume (Gps) et l’ex président ivoirien, Laurent Gbagbo, sont écartés de la course au fauteuil présidentiel. Mamadou Koné, président du Conseil constitutionnel, a justifié les raisons du rejet des candidatures de ces deux grandes figures de la classe politique ivoirienne.

Laurent Gbagbo et Soro Guillaume ne font plus partie du sprint engagé pour la magistrature suprême. Mamadou Koné, président du Conseil constitutionnel, vient de confirmer l’information à laquelle leurs partisans s’attendaient plus ou moins.

 

Faut-il le souligner, ces deux grands de la politique ivoirienne sont condamnés à 20 ans de prison par la justice ivoirienne et leurs noms ont été définitivement radiés de la liste électorale par la Commission électorale indépendante (Cei). Ce verdict très amer pour eux et leurs sympathisants a été prédit par des observateurs avertis de la politique ivoirienne. Il ne surprend pas totalement l’opinion nationale et internationale.

 

Le président du Conseil constitutionnel a donné les raisons du rejet des candidatures de Laurent Gbagbo et de Soro Guillaume, après avoir rappelé les conditions d'éligibilité à l'élection présidentielle.

 

Soro Guillaume

Soro Guillaume « ne figure pas sur la liste électorale depuis le 21 août 2020 ». Son nom avait alors été radié par la Cei. Mamadou Koné a évoqué sa condamnation pénale, les procédures administratives et juridiques entreprises par ses avocats, ainsi que les articles 12, 56 et 127 du code électorale ivoirien. « Le dossier de candidature de Soro Kigbafori Guillaume n’est pas conforme à l’article 48 », a-t-il déclaré.

 

Laurent Gbagbo

« Monsieur Gbagbo ne figure pas sur la liste électorale » a justifié le président du Conseil constitutionnel. Il a ajouté que son « dossier n’est pas conforme aux articles 48, 50 et 51 », entre autres du code électoral ivoirien. Mamadou Koné a indiqué qu’aucune déclaration de candidature signée de Laurent Gbagbo n’a été déposée avec son dossier. Il a, par ailleurs, signifié l’absence de procuration dans le dossier de l’ex président. Le président du Conseil constitutionnel a souligné que même s’il était inscrit sur la liste électorale, la candidature Laurent Gbagbo allait être rejetée parce qu’il est membre de droit du Conseil constitutionnel. Mamadou Koné a précisé qu’il aurait dû renoncer à cette fonction au moins 6 mois avant la date prévue pour le scrutin, le 31 octobre 2020.

 

Les autres candidatures rejetées

De nombreuses autres candidatures à la présidentielle, dont celle de l’ex préfet d’Abidjan, Toh Bi Irié Vincent, ont été rejetées. Les raisons varient. Certains candidats ont produit des dossiers de candidature incomplets quand d’autres n’ont pas pu fournir une attestation de régularité fiscale signée et délivrée par le directeur général des Impôts.

Des candidatures ont été rejetées pour des raisons de doublon de parrainages ou de parrainages incomplets. Des dossiers de certains candidats ne comportaient aucune déclaration de candidature à la présidentielle de 2020. Des prétendants à la magistrature suprême avaient même des problèmes d'extrait de naissance quand d’autres sont non-inscrits sur la liste électorale ou n'ont pas payé les 50 millions de Fcfa requis pour le dépôt de leurs candidatures.

Mamadou Koné a expliqué que conformément aux prescriptions des articles 03, 24, 48, 51, 54, 55, 56 ou 57 du code électorale ivoirien entre autres, leurs dossiers de candidature à la présidentielle d'octobre 2020 ont été invalidés par le Conseil constitutionnel.

 

Les plus connues

Parmi les candidatures rejetées par le Conseil constitutionnel, les plus connues sont celles des candidats Marcel Amon Tanoh, Mamadou Koulibaly, Mabri Toikeusse, et Gnamien Konan. Les raisons, des doublons de parrainages et des parrainages incomplets. Mamadou Koné a soutenu que leurs candidatures ont été rejetées conformément aux articles 51, 54, 56 et 57 du code électoral ivoirien.

Eddy BIBI