Prévention de crise post-électorale : Les femmes de Côte d’Ivoire montent au créneau

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
prevention-de-crise-post-electorale-les-femmes-de-cote-d-ivoire-montent-au-creneau Les femmes de Côte d'Ivoire prônent la paix.

Les femmes de Côte d’Ivoire ne veulent pas se taire face aux violences que connaît la nation ivoirienne à la veille du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020. Elles ont décidé de prévenir afin d’éviter le chaos comme ce fut le cas en 2010 où 3000 personnes ont perdu la vie. Élevant donc leurs voix, les femmes ivoiriennes réunies au sein du Comité de suivi pour la prise en compte du genre dans le processus électoral ont élaboré des recommandations à tous les acteurs de cette élection ainsi qu’à la population.  


Ayant constaté avec amertume les décès et les destructions de biens publics et privés suites aux manifestations de protestations contre la volonté du président AlassaneOuattara de briguer un autre mandat présidentiel, les femmes de Côte d’Ivoire ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Ces femmes politiques, et femmes de la société civile faisant fi de leurs diversités ethniques, religieuses, politiques et sociales rassemblées au sein du Comité de suivi pour la prise en compte du genre dans le processus électoral recommandent trois (3) points au gouvernement ivoirien à savoir : garantir la sécurité des biens et des personnes sur toute l’étendue du territoire national avant, pendant, et après l’élection présidentielle ; renforcer dans l’urgence, le dialogue politique inclusif ; privilégier l’intérêt supérieur de la nation sans laquelle nous ne saurions pas être.

S’adressant aux politiciens de l’opposition, ces femmes ont également fait trois (3) propositions. Il s’agit de leurs participations au dialogue politique inclusif ; de privilégier les manifestations non-violentes ; Pour la Commission Électorale Indépendante (CEI), elles demandent le renforcement des conditions d’une élection transparente à tous les niveaux et l’implication des femmes dans les différentes phases du processus électoral.

Exhortant les forces de défense et de sécurité, ces mères les ont invité à garantir le respect des droits de l’homme dans l’accomplissement de leur mission régalienne. Pour la Commission Électorale Indépendante (CEI), elles demandent le renforcement des conditions d’une élection transparente à tous les niveaux et l’implication des femmes dans les différentes phases du processus électoral.

Parlant à la presse, ces femmes réunies au sein du comité de suivi pour la prise en compte du genre dans le processus électoral recommandent le respect scrupuleux du code d’éthique et de déontologie du journalisme. Pour elles, la presse doit faire une large diffusion des actions de sensibilisation au profit des populations sur la nécessité d’un climat électoral apaisé. À la population, elles l’invitent à cultiver la non-violence dans l’exercice de ses droits.

En outre, elles demandent à leurs camarades de se mobiliser autour de la paix, en bannissant les discours haineux et violents pour une Côte d’Ivoire unie, égalitaire, prospère et indivisible. Notons que cet appel à l’apaisement pour l’élection présidentielle a été lu, le vendredi 23 octobre 2020 à Abidjan par madame Sangaré Mada pour le compte du comité de suivi pour la prise en compte du genre dans le processus électoral.

M.T