Législatives 2021 : Kaba Fofana (Sg Oneg) appelle les femmes à oser

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
legislatives-2021-kaba-fofana-sg-oneg-appelle-les-femmes-a-oser Kaba Fofana, Sg de l'Office national de l'équité et du genre (Oneg)

Les sièges à l’Assemblée nationale et aux autres assemblées élues ne sont pas réservé qu’aux hommes. La Secrétaire exécutive de l’Office national de l’équité et du genre, Kaba Fofana l'a rappelée en lançant un appel à la gente féminine à se lancer dans la bataille en application d’une loi datant d’octobre 2019.

Le quotidien Linter, dans sa livraison du vendredi 15 janvier 2021, a fait savoir l’appel de la secrétaire exécutive de l’Oneg. Un appel au respect de la loi n°2019-870 du 14 octobre 2019 favorisant la représentation des femmes dans les assemblées élues et le décret n°2020 du 25 /11/2020 qui fixe les modalités d'application.

En application de cette loi et ce décret, elle encourage les femmes à ne pas hésiter à aller à la conquête de postes électifs. La première responsable de l'Oneg a donc engagé « les femmes à oser se porter candidates et se déployer sur le terrain en tout de sérénité ». Elle leur assure que « l'Oneg les assure de son recours en cas de violation des règles réglementaires et législatives protégeant leurs droits à l'égalité et à l'équité de genre, de discriminations, de propos sexistes et les à inciter à signaler aux services compétents du gouvernement, les violences basées sur le genre en politique ».

Pour une percée dans le domaine, Kaba Fofana les a invités « à s'inscrire dans les formations initiées gracieusement par les organisations de la société civile qui complètent l'action gouvernementale en la matière afin de renforcer leurs capacités en vue de la campagne législative ».

Elle a relevé, au cours de son intervention la particularité de cette législative qui donne le point de départ de la prise en compte de la femme dans les candidatures à des assemblées élues. « Les élections législatives du 6 mars 2021 qui suscitent tant d'engouement, ont une particularité, car après l'adoption d'une loi historique pour les femmes de Côte d'Ivoire, la loi n°2019-870 du 14 octobre 2019 favorisant la représentation des femmes dans les assemblées élues et le décret n°2020 du 25 /11/2020 qui fixe les modalités d'application, elles sont les premières des élections ciblées qui se tiendront », a déclaré Mme Kaba. En effet, les partis ou groupements politiques sont tenus de présenter un minimum de 30 % de candidatures féminines en rapport avec le nombre total de circonscriptions comportant au moins un siège à pourvoir pour l’élection des députés. Pour les circonscriptions de plus de deux sièges, chaque liste doit comporter au moins 30 % de candidatures féminines.

Elle ajoute que « en l'adoptant, la Côte d'Ivoire se dote d'une base juridique nationale conformément aux recommandations des conventions internationales pour l'évaluation desquelles, nous avons souvent été prises à partie ».

Le dernier cycle électoral de la Commission électorale indépendante (Cei) a relevé 49,6 % de femmes électrices contre 50,4 % d'hommes électeurs alors que la candidature féminine ne représentait que 9,8 % pour les femmes contre 90,17 % pour les hommes, a instruit la secrétaire exécutive de l’Oneg.

Alain Zadi