Après la libération de Laurent Gbagbo, Joël N’guessan mécontent, invite l’ex-président à la repentance dès son retour en Côte d’Ivoire

Politique
Publié le Source : Linfodrome
apres-la-liberation-de-laurent-gbagbo-joel-n-guessan-mecontent-invite-l-ex-president-a-la-repentance-des-son-retour-en-cote-d-ivoire Joël N'guessan souhaite que Laurent Gbagbo se repente de ses péchés.

Libérés ce mercredi des liens de la détention de la Cour pénale internationale (Cpi), l’ex-président, Laurent Gbagbo et son ex-ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé devraient incessamment signer leur retour sur les bords de la lagune Ebrié. En attendant, les pro-Alassane Ouattara estiment que ces derniers devraient faire leur mea-culpa. Aux nombres de ceux-ci, figure l’ex-ministre et ex-porte-parole du Rassemblement des républicains, Joël N’guessan.

Sur les antennes du confrère France 24, Joël N’guessan n’a pas marché ses mots à l’endroit des anciens prisonniers de la Haye. L’ex-porte-parole du RDR a estimé que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devraient se repentir une fois en Côte d’Ivoire. « Mon souhait est que Laurent Gbagbo rentre en Côte d’Ivoire. Mais une fois qu’il rentre, il faut qu’il se mette dans une posture de repentance, parce qu’il y a eu 3.000 morts. Ces 3.000 morts ne sont morts tout seul. Nous devons nous repentir entre Ivoiriens de ce que nous avons eu à poser comme acte.», a martelé Joël N’guessan. Non sans manquer de s’appesantir sur la condamnation dont a fait l’objet Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo a en effet, été condamné  par la Justice ivoirienne à 20 ans de prison dans l’affaire dite du « braquage » de l’Agence nationale ivoirienne de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de plusieurs banques commerciales, durant la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011. « Il faut qu’il faut rentre dans son pays et que la justice joue son rôle. Nous ne voulons plus revivre cela (crise post-électorale de 2010  et pré-électorale 2020 Ndlr). Nous voulons une opposition responsable. Et non une opposition qui se lève un matin pour lancer un boycott estimant que la Cei n’est pas légale et par la suite prendre part aux législatives avec la même Cei.», a laissé entendre Joël N’guessan.

Maxime KOUADIO