Issiaka Diaby (Collectif des victimes en Côte d’Ivoire) veut investir le palais de justice du Plateau bientôt : Voici la raison

Politique
Publié le Source : Linfodrome
issiaka-diaby-collectif-des-victimes-en-cote-d-ivoire-veut-investir-le-palais-de-justice-du-plateau-bientot-voici-la-raison Issiaka Diaby veut que l’avis des victimes soit pris en compte dans le processus de réconciliation nationale.

Le président du Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (Cvci)  Issiaka Diaby, était face à la presse ce jeudi 6 mai 2021 pour annoncer des manifestations pour s’opposer au retour en Côte d’Ivoire de l’ancien président de la République, Laurent Gbagbo et son dernier ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, tous deux acquittés par la Cour pénale internationale (Cpi) de crimes contre l’humanité. La rencontre a eu lieu à la Bibliothèque nationale d’Abidjan-Plateau.  

Se faisant, le conférencier envisage de faire avec ces victimes un sit-in au palais de justice d’Abidjan-Plateau, la semaine prochaine. « Après la crise post-électorale, il y a eu beaucoup d’actions de la justice mais qui n’ont jusque-là rien donné en termes de résultats pour les victimes. Nous sommes revenus sur la question de l’exécution des mandats d’arrêts du président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé. Ils ont tous les deux été jugés et condamnés par la justice ivoirienne et il faut que ces condamnations soient exécutées. Nous avons décidé de prendre nos responsabilités en faisant un sit-in devant le tribunal d’Abidjan en vue de dénoncer l’impunité et réaffirmer notre engagement à lutter contre l’impunité. Ce lundi 10 mai, nous serons avec les victimes devant le palais de justice pour crier notre ras-le-bol au procureur de la République car vous le savez les victimes ont besoin de justice », a-t-il informé.

Issiaka Diaby a précisé le fait que les membres de son collectif ne sont pas opposés au processus de réconciliation nationale en cours mais souhaitent que justice leur soit d’abord rendue. « Le processus de réconciliation doit profiter aux victimes. Elles ne doivent en aucun cas être écartées de ce processus. Ce que nous disons c’est que sans la justice en Côte d’Ivoire il ne peut y avoir de véritable réconciliation. Nous voulons une justice équitable et c’est ce message que nous transmettrons au procureur de la République », a-t-il insisté.

Il a par ailleurs appelé le Premier ministre Patrick Achi et son ministre en charge de la Réconciliation, à prendre en compte les besoins et les aspirations des victimes dans la perspective d’obtenir une nation véritablement unie et forte de sa diversité.

Alain Zadi