Retour de Gbagbo en Côte d’Ivoire: Grande cacophonie au sein du Comité d’accueil

Publié le
retour-de-gbagbo-en-cote-d-ivoire-grande-cacophonie-au-sein-du-comite-d-accueil Que va décider Laurent Gbagbo relativement au format de son retour en Côte d’Ivoire ?
Politique

Sons discordants ! Au sein du Comité d’organisation de l’accueil de Laurent Gbagbo à Abidjan, les divergences sont étalées sur la place publique. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le samedi 29 mai 2021, le Secrétaire permanent de ce Comité, Me Roger Dakouri, au nom de la Coordination, a annoncé la suspension de la tournée de mobilisation pour le retour de l’ex-président ivoirien.

« Monsieur Léon Emmanuel Monnet, Coordinateur général des activités d’accueil du président Laurent Gbagbo, informe le public que la tournée de mobilisation des populations, prévue du 1er au 15 juin, est suspendue sur l'ensemble du territoire national jusqu'à nouvel ordre. Il rassure toutefois les populations qu’après un certain nombre de réglages fonctionnels appropriés, la date de démarrage de l'opération de mobilisation sera communiquée ultérieurement », a signifié Me Roger Dakouri.

Il n’en aura pas fallu plus pour pousser l’ancienne députée d’Attécoubé, Marie Odette Lorougnon, à contredire, sans perdre de temps, l’ex-ministre des Mines et de l’énergie, Léon Emmanuel Monnet. « La vice-présidente du Fpi chargée de la mobilisation et présidente de la Commission mobilisation pour l'accueil du président Laurent Gbagbo, la Vp (Vice-présidente du parti de Gbagbo, Ndlr) Marie Odette Lorougnon (Model) informe les Ivoiriennes et les Ivoiriens, puis toute la population ivoirienne, que la tournée de mobilisation pour accueillir triomphalement le président Laurent Gbagbo débutera effectivement dès le 1er juin 2021, tel que décidé et validé à la réunion du comité opérationnel », a-t-elle répliqué, samedi, sur Facebook. « La vice-présidente chargée de la mobilisation demande donc à tous ceux qui sont sur le terrain de continuer la mobilisation ! Dans quelques instants, nous publierons la liste modifiée des 80 délégations qui vont parcourir le territoire national, afin de réaliser l'accueil triomphal du président Laurent Gbagbo », a précisé Marie Odette Lorougnon, chargée de la mobilisation.

Selon nos sources, Léon Emmanuel Monnet n’a pas mené de concertations avec les autres responsables chargés de l’organisation de l’arrivée du fondateur du Front populaire ivoirien (Fpi), avant de publier son communiqué. D’où la riposte instantanée de Marie Odette Lorougnon.

Le problème, c’est que cette dissonance entre « frontistes » vient en rajouter à la polémique autour de la mobilisation pour le retour de Laurent Gbagbo.

Dans une publication, jeudi 27 mai 2021, le périodique Africa Intelligence (AI) écrivait qu’«à l'issue de longues négociations, dont Africa Intelligence a dévoilé chaque étape, l'entourage de Laurent Gbagbo et le premier cercle d'Alassane Ouattara se sont finalement accordés pour autoriser le retour de l'ex-président en Côte d'Ivoire fin juin, mais dans la plus grande discrétion ».

Selon ce journal« les autorités ivoiriennes ont expressément prohibé tout accueil populaire et restent sourdes à toute demande d'assouplir leur position », soulignant que « le scénario négocié avec le premier cercle de Laurent Gbagbo prévoit donc que seule une poignée de proches pourront l'accueillir au pavillon présidentiel de l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan, réservés aux chefs d'Etat ».

Rhdp Vs camp Gbagbo

Ces écrits, visiblement, agréent le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Le parti d’Alassane Ouattara, par la voix de son Directeur exécutif, Adama Bictogo, a, officiellement, déclaré, jeudi 27 mai 2021, à l’issue d’une réunion, aux Deux Plateaux, l’opposition de son camp à un accueil triomphal de Laurent Gbagbo. « Je voudrais d’abord vous dire qu’avec tout le respect qu’on a pour la fonction, je tiens à rappeler qu’en 2003, lorsque le président Alassane Ouattara devait revenir en Côte d’Ivoire, avec le président Bédié, il n’y a pas eu d’accueil populaire. Nous avons voulu organiser un accueil populaire, on nous a interdit l’accueil populaire. Et d’ailleurs, le président Alassane Ouattara souhaitait à l’époque rentrer de façon sobre parce que nous traversions une période difficile. Il y avait un contexte tendu », a fait savoir Adama Bictogo. « Je pense que le sens de la responsabilité commande aussi qu’à certains moments, nous ne versions pas dans l’ostentatoire, que nous restions sereins, responsables jusqu’au bout. Le plus important, c’est que le président Gbagbo rentre comme tous les citoyens ivoiriens. Il est libre de rentrer chez lui. Mais de grâce, en tenant compte des victimes silencieuses, que chacun puisse tenir compte de ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Chacun de nous sait ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire en 2011 », a-t-il insisté. « Je crois que nous devons humblement, hommes politiques que nous sommes, responsables des crimes ou pas, mais le fait d’appartenir à la famille politique, on a un devoir de mémoire vis-à-vis de ces victimes, pour ces familles qui, dans le silence, souffrent, meurtries parce qu’elles ont perdu des êtres chers », a-t-il clairement affiché sa position. « Je voudrais que le Fpi, je voudrais que tous ceux qui s’agitent comprennent que ce n’est pas le moment de vouloir organiser des cérémonies d’accueil, sinon vous aurez aussi en face des gens qui vont organiser des cérémonies de deuil, parce qu’il y a eu des deuils », a menacé le Directeur exécutif du Rhdp, estimant que son parti n’en fera pas un événement.

Pour le camp Gbagbo, il n’en est pas question. Dans un communiqué de presse daté du jeudi 27 mai 2021, le président de la Commission communication, Koné Katinan Justin, au nom de ce Comité, adémenti l’information faisant croire que Laurent Gbagbo devrait rentrer en Côte d’Ivoire « en catimini » avant la fin du mois de juin 2021. « Il nous revient de façon récurrente, par le biais de certains médias dont le périodique « Africa Intelligence » dans son édition du jeudi 27 mai 2021, certaines informations relatives au retour imminent, en Côte d’Ivoire, du président Laurent Gbagbo. Ces informations font état de ce que « les partisans » du président Gbagbo et « le premier cercle » du président Alassane Ouattara auraient « validé » un prétendu accord selon lequel le président Laurent Gbagbo devrait rentrer en Côte d’Ivoire « en catimini » avant la fin du mois de juin 2021. Le Comité d’organisation pour l’accueil du président Laurent Gbagbo tient à rassurer l’opinion nationale et internationale qu’il n’en est absolument rien », a réagi Koné Katinan. « Le Comité d’organisation informe que les autorités gouvernementales et les personnalités en charge de cette question continuent de discuter des préparatifs du retour, sans qu’il ait été évoqué, à aucun moment, le format de l’accueil du président Gbagbo. Le Comité d’organisation assure l’opinion nationale et internationale quant à l’engagement des parties en discussion sur un retour apaisé, sécurisé et joyeux du président Laurent Gbagbo qui vient prendre toute sa place dans le processus de réconciliation nationale, en vue d’une paix durable en Côte d’Ivoire », a ajouté l’actuel porte-parole de Laurent Gbagbo.

Divisions internes, refus du Rhdp pour un accueil populaire, on n’arrive pas, manifestement, à s’accorder sur la question du retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.


SYLLA Arouna