Hier au siège du Pdci : Un cadre du parti sème la terreur pendant la rencontre entre le ministre KKB et Guikahué

Politique
Publié le Source : Soir info
hier-au-siege-du-pdci-un-cadre-du-parti-seme-la-terreur-pendant-la-rencontre-entre-le-ministre-kkb-et-guikahue Le matériel de la Nci a été endommagé dans le cafouillage mené par Innocent Yao.

Le président de la Jeunesse rurale du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Jpdci), Innocent Yao, a semé le cafouillage au cours de la réunion que le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale, Kouadio Konan Bertin dit KKB a eue, jeudi 3 juin 2021, au siège du Pdci, avec le Secrétaire exécutif du Pdci, le professeur Maurice Kakou Guikahué.

Le membre du gouvernement est arrivé à 15 heures au siège du parti de Bédié. KKB a commencé à échanger avec Guikahué dans son bureau. Pendant ce temps, les membres de son cabinet et la presse étaient installés dans une salle de réunion. Et, tout se passait bien jusqu’à ce qu’Innocent Yao fasse irruption dans la salle. Il sème un vacarme et demande d’enlever, de façon désinvolte, le micro de la Nouvelle chaîne ivoirienne (Nci). Le journaliste-reporter de la Nci, Traoré TiéMédandjé, lui répond qu’il n’a pas à lui parler comme ça. S’ensuit un cafouillage. Innocent Yao fait sortir de force le cadreur de la Nci, Mathurin Badé, endommageant sa caméra et déchirant sa chemise.

La salle se retrouve à l’extérieur, attendant que le ministre KKB sorte de son audience avec l’ex-ministre Guikahué pour s’adresser à la presse.

Dans la cour de « la maison du Pdci », les choses dégénèrent à nouveau. Innocent Yao, transpirant à grosses gouttes, les yeux rouges, et quelques jeunes reprennent le cafouillage de plus belle. On entend le leader de la Jpdci rurale marteler que l’ex-président de la Jpdci, KKB ne va pas parler aux journalistes dans la cour du « vieux » parti, tant qu’il ne vient pas, avant toute chose, avec les prisonniers issus de sa formation politique, arrêtés pendant la période de contestation à un 3e mandat d’Alassane Ouattara.

KKB et son hôte Guikahué ont, entre temps, fini d’échanger. Ils sortent et tombent sur cette scène ubuesque. Ils l’observent. Le collaborateur de Bédié demande qu’on fasse sortir Innocent Yao et qu’il vienne le voir après. Il retourne avec le ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale dans son bureau. Le président de la Jpdci rurale est « expulsé ». Mais il résiste et revient en force.

La tension dure plusieurs minutes. Il est arrivé parfois que des membres du parti septuagénaire favorables à l’adresse de KKB à la presse et le groupe d’Innocent Yao s’empoignent.

Le Secrétaire exécutif en chef du Pdci ressort de son bureau et engage un « dialogue direct » avec lui. Innocent Yao revient à la charge et explique ses motivations. Le professeur Guikahué lui fait comprendre que c’est suite à des instructions du chef du Pdci, Bédié, qu’il a reçu le ministre KKB. Et que la rencontre se tient dans un cadre républicain. Le jeune frondeur ne veut rien entendre. « Bertin ne peut pas parler ici », répète-t-il.

Après plus de 5 minutes, Guikahué réussit à le ramener à la raison. Le ministre KKB peut s’adresser aux journalistes. Mais sans le micro et la camera de la Nci qui ont été endommagés.

Interrogé sur cet incident, l’ex-député de Port-Bouët dit ceci : « C’est une parenthèse qu’il faut fermer. C’est l’air du temps. Notre rôle également, c’est de les éduquer. C’est l’air du temps ».

Au moment où nous quittions le siège du Pdci, un équipage de la Police était à l’extérieur, se renseignant sur ce qu’il s’est passé. Entre temps, KKB était parti dans son véhicule de commandement.

 

Alassane SANOU