Le Conseil de Guillaume Soro s’insurge contre la dissolution de GPS

Publié le
le-conseil-de-guillaume-soro-s-insurge-contre-la-dissolution-de-gps
Politique

Les avocats de Guillaume Soro, président du mouvement Générations et  peuples solidaires (GPS) se sont insurgés contre la dissolution dudit mouvement, une "atteinte insoutenable à la liberté d’association", par "le tribunal criminel d’Abidjan", dans un communiqué rendu public ce mercredi.

"Le 23 juin 2021, Monsieur Guillaume Kigbafori SORO et ses coaccusés, poursuivis individuellement et in personam devant le tribunal criminel d’Abidjan, ont été déclarés coupables des faits criminels dans le cadre d’un jugement rendu en violation de toutes les règles de droit", ont-ils indiqué d’entrée, ajoutant que : " Parmi ces violations, l’une d’elle porte une atteinte insoutenable à la liberté d’association, à la liberté d’opinion, et plus largement, au pluralisme politique.

Le 23 juin dernier, le juge Charles Bini du Tribunal criminel d'Abidjan a condamné par contumace Guillaume Soro à la prison à vie et prononcer la dissolution de son mouvement Générations et peuples solidaires pour "atteinte à la sureté de la nation".

Pour les avocats de l’ancien chef de la rébellion ivoirienne: "Il s’agit d’une preuve supplémentaire de la partialité dudit tribunal ainsi que le caractère politique de sa décision qui réalise de la sorte le dessein de Monsieur Alassane Dramane Ouattara d’éliminer non seulement un adversaire important de l’arène politique, mais également de faire disparaître son mouvement, GPS".


Le 23 juin dernier, le juge Charles Bini du Tribunal criminel d'Abidjan a condamné par contumace Guillaume Soro à la prison à vie et prononcer la dissolution de son mouvement Générations et peuples solidaires.

"En tout état de cause, du fait de l’appel interjeté contre la décision inique du 23 juin 2021, et des recours internationaux engagés contre celle-ci, le mouvement GPS reste parfaitement en droit de continuer ses activités partout sur le territoire ivoirien, aux côtés de ses mouvements alliés", ont conclu les avocats de M. Soro.

Alain TRA BI