Politique nationale: Soro à ses partisans : « Ne vous lamentez point »

Publié le Modifié le
politique-nationale-soro-a-ses-partisans-ne-vous-lamentez-point L'ex-député de Ferké vit en exil depuis environ deux ans.
Politique

C'est ce qu'on pourrait appeler un message d'encouragement et de remobilisation des troupes. Dans un message sur twitter et facebook- ses deux canaux de communication favoris- Guillaume Kigbafori Soro s'adresse à ses partisans : « Chers militants, sympathisants, allez par hameaux, campements, villages et villes et semez Gps dans le cœur de chaque citoyen. Apaisez vos cœurs et prêchez la bonne parole de paix et d’amour ! Ne vous lamentez point car je foulerai la terre ivoirienne dans la grâce de Dieu. »

Gps, ce sont les initiales de Générations et peuples solidaires, mouvement politique présidé par Guillaume Soro. Dans son verdict en date du 23 juin 2021 condamnant l'ex-chef du Parlement à la prison à vie pour « tentative d'atteinte contre l'autorité de l'État et l'intégrité du territoire national et de complot », le tribunal criminel d'Abidjan avait également prononcé la dissolution de Gps. « Le tribunal prononce la dissolution du groupement politique dénommé Gps (Générations et peuples solidaires) avec confiscation au profit de l’Etat de ses biens », avait lu le juge-président Charles Bini.

En invitant ses « militants et sympathisants » à aller « par hameaux, campements, villages et villes »semer Gps « dans le cœur de chaque citoyen », l'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo puis d'Alassane Ouattara emprunte une posture de résilience qu'il tente de communiquer à ses partisans. Par dessus-tout, il envoie le message suivant : si Gps, en tant que mouvement, est interdit par la loi, l'esprit qui sous-tend l'organisation est appelé à demeurer voire à se développer.

Dans sa réaction qui avait suivi l'annonce du verdict du tribunal, mercredi 23 juin, Guillaume Soro avait regretté la décision des juges. Il estimait que les verdicts les ayant frappés- lui et certains de ses lieutenants- avaient été « prononcés en dehors de toutes les règles de droit et dictés uniquement par des considérations d’ordre politique ». « Ces verdicts viennent renforcer ma conviction qu’il faut se battre courageusement et sans faiblesse contre la captation de l’État ivoirien et la mise sous tutelle de toutes ses institutions. Je ne renoncerai pas à ce combat », consignait M. Soro.

L'ex-député de Ferké vit en exil depuis environ deux ans. Avec lui, certains fidèles, tels Affoussiata Bamba-Lamine, Issiaka Fofana ou encore Moussa Touré. Tous trois ont écopé de vingt (20) ans d'emprisonnement dans l'affaire de la « tentative d'atteinte contre l'autorité de l'État et l'intégrité du territoire national et de complot ».


Kisselminan COULIBALY