Initiative de conciliation d'Alain Lobognon

Clément Kouhon (Délégué Gps) : « Pas de rapprochement à faire avec Alassane Ouattara »

Publié le
clement-kouhon-delegue-gps-pas-de-rapprochement-a-faire-avec-alassane-ouattara Clément Kouhon (PhDr)
Politique

La condamnation à la perpétuité de Guillaume Soro, la dissolution de Générations et peuples solidaires (Gps) par la justice ivoirienne et l'initiative d'Alain Lobognon de tenter un rapprochement entre le président de la République, Alassane Ouattara, et son « fils », Guillaume Soro, sont autant de sujets qui continuent d’alimenter le débat politique. Ces sujets ont été abordés, dimanche 4 juillet 2021, à une réunion de partisans de Guillaume Soro, à Abidjan-Yopougon, initiée par Hugues Lago, président du Congrès national des soroïstes (Cnds). 

« Nous sommes venus expliquer aux militants la situation actuelle que nous vivons. Vous êtes sans ignorer que le 23 juin dernier, il y a eu un faux procès au tribunal criminel du palais de justice d’Abidjan-Plateau où il semblerait qu’on ait condamné notre président à perpétuité et qu’on aurait dissous notre mouvement qui est le Gps. Nous sommes juste venus dire à nos militants, à nos responsables de Yopougon que cette décision est inique... Surtout, nous sommes venus leur dire que le Gps est bel et bien vivant et le Gps vivra », a argué Clément Kouhon, délégué Gps de la région du Guémon. L’administrateur des services financiers, membre du Comité d’orientation et de contrôle de Gps, a soutenu son argumentaire par le fait que le mouvement présidé par Guillaume Soro n’avait reçu aucune assignation à comparaître. « Le Gps vivra tout simplement parce qu’il n’était pas convoqué au procès. Le Gps n’était pas mis en cause dans le cadre de ce procès auquel nous avons assisté, donc le Gps ne saurait être dissous. Nous ne nous reconnaissons pas dans une telle décision », a fait valoir M. Kouhon. Il a mis en mission les militants du Cnds. « Nous les envoyons en mission comme notre président (Guillaume Soro, Ndlr) l’a souhaité pour qu’ils partent dans tous les hameaux pour semer la paix, l’amour entre les Ivoiriens et mettre en place les bases, nos bases. Il faut continuer de consolider les bases de Gps dans le pays », a dit le délégué du Guemon.

Au sujet de l'initiative de conciliation de l’ancien ministre des Sports, Clément Kouhon a critiqué une démarche qui manque de « lisibilité ». « Nous n’avons pas encore de lisibilité sur une démarche de ralliement ou de rapprochement. A mon avis, c’est une initiative personnelle du ministre (Alain Lobognon) qui n’est pas encore mûrie parce que nous n’en voyons pas encore les fruits. La démarche n’est pas claire. Nous attendons qu’il vienne à nous au comité d’orientation afin de bien comprendre les aboutissements de sa démarche », a fait savoir M. Kouhon. Il a indiqué que son leader se tient toujours dans la logique de la réconciliation et du pardon mais pas à n’importe quel prix. « Nous ne sommes pas contre la réconciliation. Mais dire que nous allons encore nous rapprocher d’Alassane Ouattara, ça ce n’est pas possible. Nous avons notre mouvement politique pour aller à la recherche du pouvoir et donc il n’y a pas de rapprochement à faire avec Alassane Ouattara. Mais si c’est la paix entre les leaders ivoiriens, nous n’avons pas de problème avec cela », a précisé le responsable politique.

Hugues Lago, président du Cnds, a demandé aux militants d’investir le terrain pour l’implantation de leur mouvement, et par ricochet, l'implantation de Gps. « Nous sommes venus dire aux militants de ne pas se décourager. Mais de garder espoir. Il faut continuer d’investir le terrain. Il faut implanter les comités locaux citoyens et implanter Gps », a-t-il déclaré. Hugues Lago espère que les discordes au sein de la classe politique cesseront pour que s’ouvrent les portes du dialogue qui aboutiront à la libération des prisonniers « d’opinion » et au retour au pays de tous les exilés.

 

Venance AKA