Réconciliation nationale : Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se rencontrent ce 27 juillet 2021 au Palais présidentiel

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
reconciliation-nationale-laurent-gbagbo-et-alassane-ouattara-se-rencontrent-ce-27-juillet-2021-au-palais-presidentiel Le président Alassane Ouattara recevra Laurent Gbagbo le 27 juillet prochain.

Rentré d’exil le 17 juin 2021, l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et l’actuel président de la République, Alassane Ouattara se rencontreront le 27 juillet 2021 au palais présidentiel d’Abidjan-Plateau.

L’information a été rendue publique ce mercredi 21 juillet 2021 par le ministre de la Communication des médias et de la francophonie, Amadou Coulibaly au terme du Conseil des ministres.

Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ne s’étaient pas adressé la parole depuis la crise post-électorale de 2011. Les deux hommes évoqueront assurément les prochains jours le processus de réconciliation nationale en cours.

Malgré cette probable rencontre le 27 juillet prochain, le contentieux reste très ancien et très lourd entre les deux hommes pour espérer une vraie réconciliation. Le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite en 2010 face à Alassane Ouattara avait provoqué une crise post-électorale sanglante qui avait fait 3 000 morts. Les élections "volées" de 2002 et 2010 ne sont pas oubliées dans ce pays encore meurtri par deux décennies de violences politiques et ethniques.

Finalement innocenté à La Haye, après dix années passées dans les cellules et les couloirs de la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo reste passible de vingt ans de prison en Côte d’ivoire pour avoir fait ouvrir les coffres de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest en janvier 2011. L’ex-président et trois de ses ministres ont été condamnés en janvier 2018 pour avoir, au moment de la crise post-électorale de 2010-2011, donné l’ordre d'ouvrir les coffres des agences de la BCEAO, alors que la Banque avait pour consigne de bloquer les comptes de l'Etat ivoirien.

Une condamnation qui pèse sur l’avenir politique de Laurent Gbagbo, car l’ancien président ivoirien est toujours privé de ses droits civiques. Et le président Ouattara n’envisage pas pour le moment d’amnistie dans cette affaire.

Nous y reviendrons!

Maxime KOUADIO